Liens d'accessibilité

Crash dans les Alpes: deux personnes dans le cockpit pour des compagnies aériennes


Les secouristes travaillent sur les débris de l'avion au lieu du crash d'un Airbus 320 de Germanwings mardi dernier près de Seyne-les-Alpes, France, le 26 mars 2015.

Les secouristes travaillent sur les débris de l'avion au lieu du crash d'un Airbus 320 de Germanwings mardi dernier près de Seyne-les-Alpes, France, le 26 mars 2015.

La VOA a recueilli la réaction d’un consultant en sécurité aérienne au sujet de cette mesure qui fait partie des retombées directes du crash mardi de l'Airbus A320 de la Germanwings.

La mesure était déjà en application aux Etats-Unis. Elle est en train d’être présentement adoptée par plusieurs compagnies d’aviation en Europe.

Aux dernières enquêtes, il revient en effet que le pilote avait caché à son employeur des certificats médicaux déclarant son incapacité de travailler le jour de l’accident.

Amine Mecifi, expert en sécurité aérienne, estime que la mesure n’est pas suffisante pour empêcher un commandant ou un pilote mal intentionné de faire tomber un avion.

Norwegian Air, Easyjet ou encore Air Berlin ont décidé d’imposer la présence permanente de deux personnes dans les cabines de pilotage des avions. Une réunion a lieu ce vendredi même en Allemagne autour de cette question.

XS
SM
MD
LG