Liens d'accessibilité

Desmond Tutu déplore le séjour de Béchir en Afrique du Sud


Desmond Tutu

Desmond Tutu

Le prix Nobel de la paix Desmond Tutu a estimé mardi que l'absence de certaines grandes puissances de la Cour pénale internationale créait un climat propice au séjour du président soudanais Omar el-Béchir en Afrique du Sud.

En dépit d'une injonction d'un juge sud-afriain qui l'a enjoint de ne pas quiiter le pays, le président soudanais qui prenait part au 25e sommet de l'Union africaine, a pris son avion et est reparti sans inquiétude.

Recherché par la CPI pour crimes contre l'humanité et génocide, M. Bechir a pu assister sans être inquiété au sommet de l'UA dimanche avant de repartir lundi dans son pays, le gouvernement sud-africain passant outre un jugement rendu par un tribunal de Pretoria l'enjoignant d'empêcher M. Béchir de quitter le territoire.

"Ces puissantes nations ont créé les conditions pour que le gouvernement sud-africain autorise Bechir à venir malgré le mandat d'arrêt international émis contre lui, puis l'autorise à partir", a estimé l'ancien archevêque dans un communiqué de sa fondation, sans nommer les pays en question.

Les États-Unis, la Russie et la Chine notamment n'ont pas ratifié le traité instituant la CPI.

"Pour que le monde devienne plus juste, plus tolérant et pacifique", il y a besoin d'institutions comme la CPI "pour que ceux qui abusent du pouvoir rendent des comptes", a déclaré Desmond Tutu.

Le monde "a besoin d'un tribunal pénal où tous comparaissent à égalité, quelles que soient la richesse de leur pays, leur situation géographique ou leur histoire" et où "toutes les nations sont responsables de manière égale, quelle que soit leur puissance", a insisté le prix Nobel.

De nombreux chefs d'État africains reprochent à la CPI sa partialité, en raison du fait qu'elle n'a engagé des poursuites que contre des Africains jusqu'à présent.

Enfin, M. Tutu a également déploré que l'Afrique du Sud ait accueilli M. Bechir alors que Pretoria a refusé trois fois un visa au Dalaï-lama.

Ancien compagnon de Nelson Mandela dans la lutte contre l'apartheid, M. Tutu, 83 ans, est considéré comme la conscience de l'Afrique du Sud. Il n'hésite pas à critiquer durement le gouvernement et le parti au pouvoir, l'ANC.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG