Liens d'accessibilité

Des ravisseurs et l’otage enlevé au Burkina Faso ont traversé vers le Mali


Des éléments des forces de sécurité du Burkina Faso

Des éléments des forces de sécurité du Burkina Faso

Aux dernières nouvelles, l’otage dont la nationalité n’est pas bien connue a été amené par les ravisseurs qui ont traversé au nord du Mali, selon le gouvernement burkinabè.

Un haut gradé de l’armée burkinabè a affirmé à VOA mardi que les ravisseurs ont traversé le fleuve Niger et se trouvent dans le nord du Mali où les recherches sont désormais concentrées.

Le fait qu’aucun groupe n’ait revendiqué l’enlèvement jusqu’à ce jour, rend ces recherches très compliquées selon cet officier membre de la cellule de crise mise en place par les autorités burkinabè.

Le haut gradé indique que des renforts de l’unité anti-terroriste du Régiment de sécurité présidentielle, l’ancienne garde de Blaise Compaoré ont été dépêchés sur place, de même qu’une unité de para-commando de Bobo Dioulasso. Nous bénéficions du soutien de l’opération Barkhane, dit-l’officier burkinabè.

L’otage en question Gherghut Lulian, est âgé 39 ans. Il a été enlevé samedi.

Selon l’officier burkinabe, l’otage est un Roumain et ancien légionnaire français. Des sources au Quai d’Orsay et sein du ministère français de la Défense affirment que l’otage n’est pas de nationalité française. Il était chargé de la sécurité de la mine de Tambao, la plus importante mine de manganèse du Burkina Faso.

Le Burkina Faso, un pays sahélien pauvre, avait jusqu'alors été épargné par les enlèvements

Tambao se trouve à environ 350 km à vol d'oiseau de Gao, une importante ville malienne près de laquelle un employé de la Croix-Rouge a été tué fin mars par le Mujao, un groupe jihadiste.

XS
SM
MD
LG