Liens d'accessibilité

Des plongeurs cherchent les boîtes noires de l'avion d'AirAsia


Une partie du fuselage de l'avion d'AirAsia qui s'est abîmé en mer (AP)

Une partie du fuselage de l'avion d'AirAsia qui s'est abîmé en mer (AP)

La queue de l'appareil, dans laquelle les secours espèrent retrouver les boîtes noires et élucider la cause du crash, a été retrouvée mercredi.

DJAKARTA (Reuters) - Des plongeurs étaient jeudi à la recherche des boîtes noires de l'Airbus A320-200 de la compagnie AirAsia qui s'est abîmé fin décembre en mer de Java, a annoncé l'agence de recherches et de secours indonésienne.

Le vol QZ8501 a disparu des écrans radars au-dessus de la mer de Java le 28 décembre avec 162 personnes à son bord, alors qu'il se trouvait à moins de la moitié de son trajet de deux heures. Il avait décollé de Surabaya, la deuxième ville indonésienne, à destination de Singapour.

La queue de l'appareil, dans laquelle les secours espèrent retrouver les boîtes noires et élucider la cause du crash, a été retrouvée mercredi, retournée au fond de la mer à une trentaine de kilomètres de la dernière localisation connue du vol QZ8501, à quelque 28-32 mètres.

Le responsable de l'agence de recherche et de secours, Fransiskus Bambang Soelistyo, a déclaré lors d'une conférence de presse que les équipes sur place allaient d'abord vérifier si les boîtes noires étaient toujours à leur place à l'intérieur de la queue de l'avion ou si elles s'étaient détachées.

Au total, 84 plongeurs se trouvent sur divers bateaux. Les équipes ont entamé leurs recherches de la partie arrière de l'avion jeudi à 06h45 locales (mercredi 23h45 GMT). La visibilité est mauvaise et les forts courants marins ralentissent les recherches, a indiqué Fransiskus Bambang Soelistyo.

Si les équipes de plongeurs confirment la localisation des boîtes noires, à savoir l'enregistreur des données de vol et l'enregistreur des conversations dans le cockpit, la queue sera vraisemblablement retirée de la mer à l'aide d'une grue capable de soulever 70 tonnes.

Les navires équipés de détecteurs de signaux sont encore sur les lieux présumés du crash mais ne sont plus utilisés, ce qui tendrait à prouver que les autorités pensent pouvoir rapidement repérer les enregistreurs.

XS
SM
MD
LG