Liens d'accessibilité

Des morts dans des affrontements inter-communautaires dans le Rutshuru, RDC


Distribution d’aliments aux déplacés dans la ville de Rutshuru, à 70 km au nord de Goma, dans l'est du Congo, 14 novembre 2008. (AP photo / Karel Prinsloo)

Distribution d’aliments aux déplacés dans la ville de Rutshuru, à 70 km au nord de Goma, dans l'est du Congo, 14 novembre 2008. (AP photo / Karel Prinsloo)

De nouveaux affrontements intercommunautaires ont éclaté à Kibirizi, dans le territoire de Rutshuru, causant la mort de plusieurs civils, rapportent des sources militaires.

"Nous déplorons la mort de dix civils et des cases incendiées à Kibirizi, lors des affrontements entre les habitants de cette localité" dans la nuit de lundi à mardi, a déclaré à l'AFP le capitaine Guillaume Djike, un des porte-parole de l'armée dans la province troublée du Nord-Kivu.

Kibirizi est une localité du territoire de Rutshuru, située à 85 km au nord de Goma, capitale du Nord-Kivu.

L'ONG Société civile de Kibirizi avance elle un bilan de "huit morts" et son président, Gaston Kakule, accuse les rebelles hutu rwandais des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), très actifs dans ce territoire, d'être les auteurs de ces tueries.

Selon M. Kakule, "toutes les personnes tuées" étaient de l'ethnie Nande.

"L'armée est intervenue et a imposé le calme" après affrontements entre "civils", a affirmé le capitaine Djike.

Depuis le début de l'année, plusieurs dizaines de personnes sont mortes dans cette zone lors d'affrontements opposant Nande et Hutu.

Les Nande accusent les Hutu congolais d'être les complices des FDLR pour les chasser de leur territoire.

Les Hutu congolais, qui ne nient pas être à la recherche de nouvelles terres agricoles, accusent les Nande de violer leur droit constitutionnel à s'installer où ils le veulent.

Les FDLR ont été créés par des Hutu rwandais réfugiés dans l'est de la RDC après le génocide des Tutsi au Rwanda de 1994. Les fondateurs de ce mouvement ainsi qu'un certain nombre de ses plus anciens combattants sont recherchés par la justice internationale, qui les accuse d'avoir pris une part active au génocide.

Disséminés essentiellement au Nord et au Sud-Kivu, les FDLR n'ont pas mené d'action militaire d'envergure au Rwanda depuis 2001 et sont régulièrement accusés de commettre des atrocités contre les civils dans les zones sous leur contrôle.

La partie orientale de la RDC, est en proie à l'insécurité et déchirée depuis plus de 20 ans par des conflits armés alimentés par des différends ethniques et fonciers, la concurrence pour le contrôle des ressources minières et des rivalités entre puissances régionales.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG