Liens d'accessibilité

Des militants du parti de Bozizé attaquent le tribunal et en libèrent le secrétaire général


François Bozizé, ancien président de la Centrafrique (AP Photo/Ben Curtis

François Bozizé, ancien président de la Centrafrique (AP Photo/Ben Curtis

Le secrétaire général du parti de l'ex-président centrafricain François Bozizé, Bertin Béa, avait été arrêté alors qu'il allait prendre un vol pour Paris.

Selon une source proche du parquet, des militants du Kwa na kwa (KNK) ont libéré de force Bertin Béa après avoir attaqué le tribunal de Bangui pendant que celui-ci était auditionné jeudi après-midi.

"Plusieurs individus en moto munis d'armes sont arrivés, ont assiégé le tribunal avant de jeter une grenade lacrymogène dans le cabinet du juge d'instruction, le faisant sortir à toute vitesse. Et ils ont libéré Bertin Béa", déclare la source. Ils étaient plus de deux cents et certains étaient munis d’armes.

L'avocat de Bertin Béa, Hugues Dongoyo, soutient, pour sa part, que les militants ont réagi après que le juge ait fait savoir à son client qu'il était placé sous mandat de dépôt pour avoir diffusé des informations provoquant la haine à l'égard des autorités, de nature à troubler l'ordre public.

"Quand les militants ont appris la nouvelle, ils se sont opposés à ce qu'il soit déféré à la prison centrale", explique Me Dongoyo.

Les forces de sécurité (Forces de défense et de sécurité intérieures (FSI)) et la force onusienne (Minusca), positionnées autour du tribunal "n'ont rien pu faire", selon la source proche du Parquet. Et d'ajouter: "les militants du KNK avaient adressé un ultimatum de 72 heures au parquet pour sa libération".

Bertin Béa avait été arrêté samedi à l'aéroport alors qu'il allait prendre un vol pour Paris où il devait assister aux obsèques d'une proche. Son passeport lui avait été retiré, selon son parti.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG