Liens d'accessibilité

Des migrants ne parlant pas anglais refoulés devant une discothèque au Danemark


Le Danemark

Le Danemark

Les responsables de la discothèque invoquent des impératifs de sécurité pour expliquer le refoulement des migrants qui ne parlent ni anglais, ni danois, ni allemand. Amnesty International a critiqué la décision.

Le Buddy Holly à Sønderborg, près de la frontière allemande, a suscité des réactions partagées au Danemark et pourrait faire des émules.

"Le produit que nous offrons, à savoir une soirée heureuse dans un environnement sûr, exige que notre personnel puisse parler aux clients", a déclaré à l'AFP le propriétaire de l'établissement, Tom Holden.

L'impossibilité de dialoguer avec "de grands groupes de clients" créait "une insécurité", et compliquait des choses simples comme l'annonce du prix des consommations, a-t-il ajouté.

Cette obligation de parler l'une des trois langues date de 1997, époque à laquelle la discothèque avait fermé ses portes à des fêtards débarqués dans ce port depuis l'Europe de l'Est, se défend M. Holden.Mais elle a trouvé une nouvelle application avec l'arrivée de demandeurs d'asile dans la région.

"Nous sommes tristes de voir qu'on a vu cela sous l'angle: les Syriens ont fait quelque chose de mal, ou cela a quelque chose à voir avec le racisme", a rapporté M. Holden.

L'organisation professionnelle des cafés et restaurants danois a souligné que de plus en plus d'établissements rapportaient des problèmes avec des clients étrangers, après des signalements de clientes danoises victimes de gestes déplacés.

"Quand on a un groupe de clients qui arrivent et montrent un comportement menaçant, il y a des complications pour la sécurité si on ne peut pas établir de dialogue", a déclaré son président, Torben Hoffmann Rosenstock, à la chaîne TV2.

D'après lui, "comme le reste de la société (...) le secteur essaie de trouver comment gérer" l'afflux de migrants qui ont été 21.000 à déposer une demande d'asile l'an dernier dans le pays scandinave.

Amnesty International Danemark a dénoncé l'argument comme douteux. "Bien sûr que si, on peut communiquer avec les gens s'il y a un problème de sécurité. Même s'ils ne parlent pas danois", a déclaré à cette chaîne un juriste de l'organisation, Claus Juul, qui déplore qu'on mette tous les migrants "dans le même panier (...) sous prétexte qu'on a eu des problèmes avec quelques-uns".

Avec AFP

XS
SM
MD
LG