Liens d'accessibilité

Un député somalien blessé par balles à Mogadiscio


Soldats somaliens en patrouille à Mogadiscio (30 avril 2012).

Soldats somaliens en patrouille à Mogadiscio (30 avril 2012).

Des inconnus armés ont grièvement blessé par balles un député somalien mardi à Mogadiscio, tuant dans l'attaque au moins deux de ses gardes du corps, a-t-on appris de source policière et auprès de témoins.

"Les assaillants ont bloqué la voiture du député et ont ouvert le feu. Deux de ses gardes de sécurité ont été tués mais le député, blessé, a été transporté à l'hôpital", a rapporté à l'AFP Mohamed Sadiq, témoin de la scène.

L'attaque a été confirmée par Ibrahim Mohamed, un responsable de la police à Mogadiscio : "nous savons qu'un député a été blessé dans le quartier d'Hamarweyne mais il y a également des victimes", a déclaré M. Mohamed, qui n'a pas été en mesure d'en préciser le nombre.

D'après Mumino Nur, un autre témoin, "il y a eu un échange intense de coups de feu et les passants fuyaient les lieux. Les assaillants ont pris la fuite après l'attaque".

Les insurgés islamistes radicaux shebab ont revendiqué l'attaque dans un communiqué : "les combattants moujahidine ont ouvert le feu sur un véhicule transportant un député", ont-ils affirmé, précisant avoir tué trois gardes du corps.

De telles attaques ciblées se sont multipliées ces derniers jours à Mogadiscio, selon le correspondant de l'AFP en Somalie.

Les shebab mènent régulièrement des opérations de guérilla et des attentats-suicides à Mogadiscio.

Confrontés à la puissance de feu supérieure de la force de l'Union africaine en Somalie (Amisom), déployée en 2007 en Somalie, les shebab ont été chassés de Mogadiscio en août 2011. Ils ont ensuite perdu l'essentiel de leurs bastions, mais ils contrôlent toujours de vastes zones rurales.

Ces derniers mois, ils ont revendiqué des opérations spectaculaires, tant à Mogadiscio contre plusieurs des plus grands hôtels de la ville que contre des bases de l'Amisom en dehors de la capitale.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG