Liens d'accessibilité

Un parlementaire guinéen en garde à vue pour "outrage" au président Condé


Alpha Condé, président de la Guinée

Alpha Condé, président de la Guinée

Il s'agit d'Ousmane Gaoual Diallo, député de l'Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), la principale formation de l'opposition guinéenne dirigée par l'ex-Premier ministre Cellou Dalein Diallo.

Un député du principal parti d'opposition en Guinée a été placé à garde à vue à Conakry pour "outrage au chef de l'Etat" Alpha Condé dans une déclaration lors d'une réunion politique, ont affirmé mercredi à l'AFP le parlementaire et son avocat.

"Je suis en garde à vue" dans une gendarmerie de la banlieue de Conakry, "pour outrage au chef de l'Etat", a dit mardi soir par téléphone Ousmane Gaoual Diallo, député de l'Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), la principale formation de l'opposition guinéenne dirigée par l'ex-Premier ministre Cellou Dalein Diallo.

Le député a été placé en garde à vue à la suite d'une plainte d'un procureur de Conakry "au nom du chef de l'Etat" guinéen, a confirmé son avocat, Me Alsény Aminata Diallo. Il demeurait en détention mercredi, a-t-il dit.

Selon les explications du député, il lui est reproché des déclarations faites lors d'un rassemblement de l'UFDG le 30 juillet à Conakry.

Le parlementaire a expliqué que lors de son interrogatoire, les gendarmes lui ont reproché d'avoir, lors de ce rassemblement, attribué au président Condé la phrase "l'opposition envoie les enfants dans la rue pour qu'ils se fassent tuer" et d'avoir alors affirmé qu'une "telle phrase ne (pouvait) être prononcée par un chef de l'Etat", mais "par un criminel".

Il est prévu dans les prochaines heures une déclaration du parquet sur ce dossier, a-t-on indiqué au ministère de la Justice, sans plus de détails.

Le député Diallo avait en août 2015 été condamné par un tribunal de Conakry à 18 mois de prison avec sursis pour "coups et blessures volontaires" sur un homme d'affaires guinéen.

A l'époque, sa défense avait dénoncé le non-respect de ses droits, soulignant qu'il aurait dû bénéficier de l'immunité parlementaire.

Il avait été arrêté et inculpé dans le cadre de cette affaire à la suite d'une plainte de Mamadou Diouldé Diallo, un importateur dont la société est chargée de livrer aux députés le véhicule de fonction auquel ils ont droit. L'affaire opposant les deux hommes avait trait à l'un de ces véhicules.

Selon l'entourage du parlementaire, sur les 114 députés siégeant à l'Assemblée nationale, trois, dont Ousmane Gaoual Diallo, n'avaient pas reçu leur véhicule de fonction à cette époque.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG