Liens d'accessibilité

Démission d'une juge sud-africaine suspendue pour racisme


Tribunal de Barberton, Afrique du Sud, 25 mai 2016.

Une magistrate sud-africaine blanche, qui avait suscité l'indignation l'an dernier dans son pays pour avoir suggéré sur internet que le viol faisait partie intégrante de la culture noire, a démissionné.

La juge Mabel Jansen, qui était suspendue depuis un an, a écrit au président Jacob Zuma et à son ministre de tutelle "pour les informer de sa démission à effet immédiat", a indiqué le ministère de la Justice.

"Dans leur culture, une femme est là pour leur donner du plaisir. Point final", avait notamment écrit la juge dans une série de messages publiés sur sa page Facebook privée.

"C'est vu comme un droit absolu et le consentement d'une femme n'est pas requis", avait-elle ajouté.

Face à la controverse suscitée par ses commentaires, la juge s'était défendue en affirmant que ses propos avaient été sortis de leur contexte. Mais elle avait tout de même été mise en "congé spécial".

Les propos racistes provoquent régulièrement l'émoi sur les réseaux sociaux en Afrique du Sud, soulignant les divisions raciales toujours profondes vingt-cinq ans après la fin officielle de l'apartheid (1994).

Dernier incident en date, l'ex-patronne blanche du principal parti d'opposition du pays, l'Alliance démocratique (DA), est visée par une enquête disciplinaire interne. En mars, Helen Zille avait défendu les aspects positifs du colonialisme sur Twitter.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG