Liens d'accessibilité

Décès de James Brady, ancien porte-parole de Ronald Reagan


James Brady et son épouse (AP)

James Brady et son épouse (AP)

Décès de James Brady, ancien porte-parole de la Maison Blanche sous l’administration Reagan, qui était devenu l’une des figures de proue du mouvement contre le port libre des armes à feu aux Etats-Unis.

Il avait été blessé par balles à la tête pendant la tentative d'assassinat contre l’ancien président Ronald Reagan en 1981, devant l’hôtel Hilton, ici à Washington. La famille de M. Brady a annoncé sa mort lundi à l’âge de 73 ans, en précisant qu'il souffrait d'un certain nombre de problèmes de santé.

M. Brady accompagnait le président Reagan à sa sortie du Hilton, quand un homme armé, John Hinckley, a ouvert le feu. M. Reagan a été atteint par deux balles, mais s’est remis de ses blessures. Blessé à la tête, M. Brady est resté paralysé, souffrant des séquelles de ses blessures jusqu’à sa mort.

En dépit du soutien de l’administration Reagan pour le port libre des armes à feu, M. Brady ferait campagne jusqu’à sa mort en faveur de contrôles plus stricts de telles armes aux États-Unis. Il milliterait pour l’adoption d’une nouvelle législation qui porte aujourd'hui son nom. Elle exige des vérifications d'antécédents des acheteurs d'armes à feu. La Campagne Brady, une ONG qui lutte contre la violence armée, porte également son nom.

M. Brady regagnerait la Maison Blanche le 30 mars 1981, à peine deux mois après l’attaque, pour brièvement reprendre ses fonctions. Mais il n’était plus le même. Il serait autorisé à conserver le titre de porte-parole de la Maison-Blanche, ainsi que son salaire, jusqu'à ce que le président Reagan quitte ses fonctions fin janvier 1989. La salle de presse de la Maison Blanche porte aujourd’hui son nom.

Quant au tireur, qui souffrait de troubles psychiques, il est aujourd’hui âgé de 59 ans et reste en détention dans un établissement psychiatrique de Washington, la capitale.

XS
SM
MD
LG