Liens d'accessibilité

Décès de Chester Nez, dernier des Navajos au langage codé mythique


Chester Nez, interviewé quelques années avant sa mort à son domicile à Albuquerque, dans le Nouveau-Mexique.

Chester Nez, interviewé quelques années avant sa mort à son domicile à Albuquerque, dans le Nouveau-Mexique.

Chester Nez était le dernier survivant d’une unité très particulière de la marine américaine durant la Seconde Guerre mondiale, surnommée les « Navajo Code Talkers ». Il est décédé mercredi matin dans l’Etat du Nouveau-Mexique à l'âge de 93 ans.

M. Nez et 28 autres Navajo se sont enrôlés dans les U.S. Marines peu après l'attaque par le Japon contre la base militaire américaine de Pearl Harbor à Hawaii en décembre 1941.

Ensembles, ils ont élaboré un langage codé utilisé dans le Pacifique, qui n'a jamais pu être déchiffré par l'armée japonaise. Il faut dire que peu de gens parlaient le Navajo et d’après les historiens, le groupe s'est si bien débrouillé que même ceux qui maîtrisaient cette langue étaient incapables de dire de quoi ils parlaient.

En 2001, M. Nez et ses collègues ont reçu la prestigieuse Médaille d'or du Congrès, et ont été reçus à la Maison Blanche.

Dans une interview avec l'Associated Press en 2009, M. Nez avait évoqué les exploits de son unité, devenue légendaire, notant que c’était l’un des moments les plus importants de l’histoire des Navajo « … que nous ayons pu utiliser notre propre langue maternelle » pour aider l'effort de guerre dans le Pacifique.

M. Nez a vécu certains des moments les plus dramatiques de l’offensive américaine en Asie du Sud: le débarquement en 1942 à Guadalcanal, la bataille de Bougainville en Papouasie-Nouvelle-Guinée, et la prise de Guam, Angaur et Peleliu.
XS
SM
MD
LG