Liens d'accessibilité

Un "dangereux" chef djihadiste abattu par l'armée en Tunisie


Des policiers tunisiens montent la garde après l'attaque d'un bus militaire le 24 novembre 2015, à Tunis, en Tunisie. (Reuters/Zoubeir Souissi)

Des policiers tunisiens montent la garde après l'attaque d'un bus militaire le 24 novembre 2015, à Tunis, en Tunisie. (Reuters/Zoubeir Souissi)

Un chef djihadiste "dangereux" a été abattu dans la nuit de mercredi à jeudi lors d'une opération antiterroriste menée par l'armée dans le centre-ouest de la Tunisie, a indiqué jeudi le ministère de la Défense.

Des unités de l'armée ont "repéré" dans la zone militaire fermée du mont Mghilla des mouvements d'"éléments terroristes" avant que des forces militaires spéciales réussissent à tuer "l'un des plus dangereux dirigeants terroristes en Tunisie", a précisé le ministère dans un communiqué.

Identifié comme Seifeddine Jameli alias Abou al-Qaaqaa, ce chef djihadiste présumé appartient à l'organisation "terroriste" Jund al-Khilafa ("soldats du califat", en arabe), alliée au groupe Etat islamique (EI), selon la même source.

Des armes, des munitions et du matériel militaire ont été saisis lors de cette opération qui était toujours en cours, a ajouté le ministère.

Dans la même région, un berger de 17 ans avait été décapité, en novembre par des djihadistes, suscitant une vive émotion en Tunisie.

Les forces de sécurité et l'armée traquent depuis 2012 des groupes extrémistes armés retranchés dans les zones montagneuses du pays, notamment au mont Chaambi, dans la région de Kasserine (centre-ouest), considéré comme la principale base arrière du maquis jihadiste.

Depuis sa révolution de 2011, la Tunisie fait face à l'essor d'une mouvance djihadiste responsable de la mort de plus d'une centaine de soldats et de policiers. L'an dernier, trois attaques sanglantes revendiquées par le groupe EI ont fait 72 morts dont 59 touristes étrangers.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG