Liens d'accessibilité

Le Danemark propose de transporter les armes chimiques de la Libye


Cette image d'archives montre des combattants du groupe Etat Islamique à Raqqa, Syrie.

Cette image d'archives montre des combattants du groupe Etat Islamique à Raqqa, Syrie.

Le gouvernement danois a offert ses services lundi pour transporter les armes chimiques de la Libye, afin qu'elles soient détruites dans un autre pays plutôt qu'elles ne tombent dans les mains d'extrémistes.

Le Danemark a proposé la logistique nécessaire à ce transport, auquel elle associerait "d'autres pays", dont des officiers finlandais, dans le cadre d'une opération coordonnée par l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).

"Le Danemark va montrer une nouvelle fois qu'il assume ses responsabilités internationales en contribuant de manière très concrète aux efforts de la communauté internationale pour réduire la prolifération des armes chimiques dans le monde", a souligné dans un communiqué le ministre des Affaires étrangères, Kristian Jensen.

La proposition doit être examinée en premier lieu par le Parlement danois.

Le royaume scandinave, qui avait déjà fourni des navires en 2014 en vue la destruction des armes chimiques syriennes, a indiqué avoir été de nouveau sollicité par l'OIAC et les États-Unis.

"L'OIAC devrait accepter une offre de l'Allemagne pour mener à bien la destruction des substances chimiques", a précisé Copenhague.

Le 22 juillet, le Conseil de sécurité de l'ONU avait adopté une résolution pour aider le gouvernement libyen d'union nationale (GNA) à se débarrasser de son arsenal chimique, alors qu'il combat l'organisation État islamique.

La Libye a rejoint l'OIAC en 2004, lorsque le colonel Mouammar Kadhafi a promis de détruire ses stocks de gaz moutarde, arme utilisée surtout pendant la Première Guerre mondiale. Le GNA a prévu de se débarrasser de quelque 13 tonnes de ce gaz restant dans son arsenal.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG