Liens d'accessibilité

Moussa Dadis Camara quitte son parti


Moussa Dadis Camara, Conakry, le 30 septembre 2009.

Moussa Dadis Camara, Conakry, le 30 septembre 2009.

L'ex-chef en exil de la junte en Guinée (2008-2009) a quitté la direction de son parti politique, le Front patriotique pour la démocratie et le développement (FPDD)

"Nous, c'est-à-dire le parti, ne pouvons que prendre acte" de cette décision unilatérale, a déclaré à la presse le porte-parole du FPDD, Maxim Manimou. Le parti a reçu lundi "la photocopie de la lettre de démission de M. Dadis Camara".

"Nous nous préparions déjà à cet état de fait depuis (le moment où) l'on n'arrive pas à accepter qu'il revienne en Guinée", a ajouté M. Manimou, en référence à ses tentatives infructueuses de rentrer d'exil.

"Je ne suis plus le président du FPDD et je me retire de toutes les activités politiques en ce qui concerne les communales (prévues en février 2017) et les législatives" en 2018, a déclaré lundi Dadis Camara.

Le capitaine Moussa Dadis Camara, en exil au Burkina Faso depuis 2010, a dirigé la Guinée pendant près d'un an (2008-2009) à la tête d'une junte militaire.

Il avait déclaré en 2015 son intention de rentrer dans son pays pour se présenter à l'élection présidentielle d'octobre de cette année-là.

Mais à deux reprises, en août 2015, après son inculpation le mois précédent à Ouagadougou par des magistrats guinéens enquêtant sur le massacre par la junte d'au moins 157 opposants à Conakry le 28 septembre 2009, il a tenté en vain de rentrer en Guinée.

Le FPDD avait à l'époque accusé le pouvoir du président Alpha Condé d'avoir empêché le retour de Moussa Dadis Camara, ce que le gouvernement avait démenti.

Il est poursuivi pour "complicité d'assassinats, séquestrations, viols, coups et blessures".

Lors du septième anniversaire du massacre, le 28 septembre, les organisations de victimes et de défense des droits de l'homme ont regretté que l'enquête n'ait abouti à aucun procès.

Avec AFP

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG