Liens d'accessibilité

Dadis Camara nie son implication directe dans le massacre du stade de Conakry en 2009


Moussa Dadis Camara, le l'ex-chef de la junte guinéennene

Moussa Dadis Camara, le l'ex-chef de la junte guinéennene

L'ex-chef de la junte guinéenne a cependant reconnu une "responsabilité morale", a déclaré mardi son avocat, Me Jean-Baptiste Jocamey Haba.

Moussa Dadis Camara a été interrogé le 13 juillet à Ouagadougou par des magistrats guinéens.

Me Haba a soutenu que la responsabilité pénale était personnelle et individuelle.

" En l'état actuel de la procédure, il a dit qu'il ne reconnaissait pas les faits", a déclaré Me Haba.

"Ça n'a été qu'une manière de réitérer ce qu'il a toujours dit : il n'a pas reconnu les faits", a insisté le défenseur devant des journalistes.

Quant à l’inculpation de Dadis Camara pour sa "responsabilité de commandement", son avocat a précisé que son client a plutôt "reconnu sa responsabilité morale", "à l'image d'un père de famille qui répond des actes posés par ses enfants. Dadis Camara était chef de l'Etat et commandant en chef des armées au moment des faits, a révélé Me Haba.

Le capitaine Camara, en exil au Burkina Faso depuis 2010, a été inculpé le 8 juillet à Ouagadougou pour "complicité d'assassinats, séquestrations, viols, coups et blessures" par trois magistrats guinéens enquêtant sur le massacre d'au moins 157 opposants, perpétré le 28 septembre 2009 alors qu'il était chef de la junte militaire au pouvoir.

Ces trois magistrats l'ont pour la première fois interrogé sur le fond lundi, au cours d'une longue audition qui a duré de 9H00 à 20H00 (locales et GMT).

Au moins 157 personnes avaient tuées et plusieurs dizaines sont portées disparues au cours des événements pour lesquels Dadis Camara a été inculpé.

Le 28 septembre 2009, les forces de défense et de sécurité avaient battu, poignardé et tué par balles des opposants au régime militaire, rassemblés dans le plus grand stade de Conakry pour réclamer que le président autoproclamé depuis décembre 2008, le capitaine Dadis Camara, ne se présente pas à l'élection présidentielle.

L'ONU avait conclu à la "responsabilité pénale individuelle" de plusieurs cadres de la junte, dont Dadis Camara.

De même source, au moins 109 femmes avaient aussi été violées dans ce stade et ses environs.

Moussa Dadis Camara a annoncé en mai son intention de se présenter à la présidentielle d'octobre en Guinée. Le chef de l'opposition Cellou Dalein Diallo, avec qui il a fait alliance, a dénoncé une "instrumentalisation de la justice".

XS
SM
MD
LG