Liens d'accessibilité

Au moins 22 pèlerins musulmans périssent dans un incendie au Sénégal

  • VOA Afrique

Senegal

Au moins 22 personnes ont péri mercredi dans le sud-est du Sénégal dans un incendie d'origine inconnue sur le site d'un rassemblement religieux musulman.

Le correspondant de VOA Afrique à Dakar, Seydina Aba Guèye, signale un bilan d’une vingtaine de morts et de plus de 100 blessés.

Selon Amadou Tidiane Talla, député et proche de la famille, le feu s’est déclaré vers 15 heures dans la zone du nouveau forage avant de consummer une bonne partie du site.

Il a indiqué que la propagation des flammes a été favorisée par la chaleur et le vent. Le feu a été maîtrisé par les sapeurs-pompiers, a-t-il assuré.

Un journaliste présent sur les lieux affirme lui aussi que les pompiers sont venus à bout de l’incendie. Selon lui, le sinistre a fait plusieurs morts et blessés et détruit une bonne partie du site.

Le précédent incendie au daaka de Médina Gounass remonte à 2014, année où une partie du site avait aussi été ravagée par des flammes.

La 76ème édition du ‘’Daaka’’, une retraite spirituelle où ne sont présents que des hommes, a démarré samedi et devait se poursuivre jusqu’au 17 avril.

Cette manifestation attire chaque année des milliers de pèlerins venus de plusieurs pays de la sous-région. Le nombre de pèlerins s’accroît d’année en année.

Le gouvernement a dépêché le ministre de l’Intérieur à Médina Gounass où le président Macky Sall est attendu vendredi.

Le Daakaa qui se tient en pleine brousse a été initié par le marabout Thierno Mouhamadou Saïdou Bâ, alias Mamadou Hawoly Bâ, né en 1900 dans le village de Thikité, dans le département de Podor (nord).

Il est décédé en 1980 à Dakar, suite à une maladie qu’il contracta au cours de son célèbre pèlerinage à Fès. Il est enterré à Médina Gounass, la cité religieuse qu’il a créée en 1936.

Accidents fréquents

Selon la presse locale, le "daaka" de Médina Gounass, qui devait prendre fin le 17 avril, en était cette année à sa 76e édition.

Musulmans sunnites à plus de 90%, les Sénégalais pratiquent un islam dominé par d'importantes confréries soufies, essentiellement celles des tidianes, des mourides, des qadres et des layènes.

Un des pèlerins, Ousmane Bâ, un retraité, a affirmé au quotidien pro-gouvernemental Le Soleil avoir connu plusieurs incendies depuis qu'il a commencé à participer au "daaka" en 1966, "mais ils n'étaient pas d'une telle ampleur".

"Le feu a tout brûlé sur son passage. Seules les tentes modernes réservées aux marabouts ont été relativement épargnées par la furie des flammes", a témoigné un autre pèlerin, Aziz Thierno Belly Bâ, habitant de Médina Gounass, cité par le journal L'Observateur (privé).

Le président Macky Sall avait évoqué la catastrophe mercredi soir - parlant alors d'un bilan provisoire d'une "dizaine de morts" - lors d'une conférence de presse commune avec son homologue portugais Marcelo Rebelo de Sousa, en visite officielle au Sénégal.

Les deux dirigeants avaient exprimé leurs condoléances et compassion aux familles des victimes.

A la même occasion, le président Sall a annoncé qu'il se rendrait vendredi à Médina Gounass, où il sera précédé ce jeudi d'une délégation gouvernementale conduite par le ministre de l'Intérieur, Abdoulaye Daouda Diallo.

Juste avant le drame, il s'est rendu cette semaine à Tivaouane, fief des tidianes à environ 90 km à l'est de Dakar, pour une visite de courtoisie au nouveau chef de la confrérie, Serigne Abdoul Aziz Sy, qui a succédé en mars à son frère à la suite du décès de celui-ci.

Au Sénégal, de nombreux évènements religieux drainant des milliers de fidèles vers les fiefs des différentes confréries, sont souvent endeuillés par des accidents, particulièrement sur la route.

Avec APS et AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG