Liens d'accessibilité

Cyber-attaque : Sony autorise la sortie du film "piraté"


Le patron de Sony Pictures Michael Lynton a confirmé mardi que le studio de cinéma allait finalement autoriser aux Etats-Unis une sortie limitée de la comédie sur l'assassinat du leader nord-coréen, "L'interview qui tue!", défiant les menaces de pirates informatiques.

Le film sortira le jour de Noël comme le studio l'avait initialement prévu, mais il ne sera projeté que dans un nombre limité de salles, au lieu d'une sortie nationale envisagée à l'origine.

"Nous n'avons jamais abandonné l'idée de sortir ‘L'interview qui tue!’ et nous sommes heureux que notre film sorte dans quelques cinémas le jour de Noël", a déclaré Michael Lynton dans son communiqué.

Le président américain Barack Obama a applaudi mardi la décision de Sony Pictures de diffuser sa comédie sur Kim Jong-Un dans un nombre limité de salles aux Etats-Unis, faisant fi des menaces de représailles de pirates informatiques.

"Comme le président l'a clairement dit, notre pays croit dans la liberté d'expression et dans le droit à la libre expression artistique", a affirmé un porte-parole de la Maison Blanche, Eric Schultz. "La décision de Sony (...) va permettre au public de se faire sa propre opinion sur le film et nous saluons celà".

Le film est à la base d'une montée de la tension entre les Etats-Unis et la Corée du Nord.

Le président Obama a récemment condamné la Corée du Nord pour l'implication présumée de cette dernière dans l'attaque informatique dont Sony a été l'bjet, compremettant presque la sortie de ce film.

Alors que Washington exige reparation, Pyongyang dément son implication et qualification de "sans fondement" les accusations dont la CIA a dit pourtant avoir des preuves. Les autorités nord-coréennes ont mêmes exigé des excuses de Washigton.

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG