Liens d'accessibilité

Moscou et Washington vont "redoubler" d'effort pour un règlement politique en Syrie


Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, à gauche, et Staffan de Mistura, envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie, à Moscou le 3 mai 2016.

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, à gauche, et Staffan de Mistura, envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie, à Moscou le 3 mai 2016.

La Russie et les Etats-Unis se sont engagés à "redoubler d'effort" pour aboutir à un règlement politique du conflit syrien et étendre le cessez-le-feu, entré en vigueur en Syrie le 27 février, sur l'ensemble du pays.

"La Fédération de Russie et les Etats-Unis sont résolus à redoubler d'effort afin d'aboutir à un règlement politique du conflit syrien", ont déclaré Moscou et Washington, qui co-président le Groupe international de soutien à la Syrie, dans un communiqué publié sur le site de la diplomatie russe.

Les deux parties reconnaissent des "progrès" dans le respect de la cessation des hostilités en Syrie, mais soulignent que des "difficultés" persistent toujours dans "certaines zones du pays", s'accentuant ces derniers jours, tout comme des "problèmes d'accès humanitaire aux zones assiégées", selon le communiqué.

"Ainsi, nous avons décidé de réaffirmer notre engagement à la cessation des hostilités en Syrie et de renforcer les efforts visant à assurer sa mise en oeuvre au niveau national", indiquent la Russie et les Etats-Unis.

"Nous allons également renforcer nos efforts afin que l'assistance humanitaire puisse atteindre toutes les personnes qui en ont besoin", ajoutent-ils.

La Russie va ainsi "travailler avec les autorités syriennes pour minimiser le nombre d'opérations aériennes dans des zones qui sont essentiellement peuplées par des civils ou participant au cessez-le-feu".

Pour sa part, Washington s'engage à "augmenter le soutien et l'assistance à ses alliés régionaux pour les aider à empêcher la circulation des combattants, des armes ou des moyens de soutien financier aux organisations terroristes à travers leurs frontières".

Les chefs de la diplomatie russe et américaine, Sergueï Lavrov et John Kerry, qui se sont entretenus lundi au téléphone, ont de leur côté souligné "la nécessité de poursuivre les négociations entre les autorités syriennes et tout l'ensemble de l'opposition sous la médiation de l'ONU et avec un strict respect du régime du cessez-le-feu", selon un communiqué du ministère russe des Affaires étrangères.

Une trêve temporaire entre forces gouvernementales et groupes rebelles a été instaurée la semaine dernière sous l'impulsion de Moscou et de Washington à Alep (nord), après que la cessation des hostilités entrée en vigueur le 27 février eut volé en éclats dans cette deuxième ville de Syrie.

La trêve prévue initialement pour deux jours, et qui a été respectée, avant d'être prolongée jusqu'à mardi à minuit et une minute (soit lundi 21h01 TU), avait été décidée après des combats qui avaient fait près de 300 morts depuis le 22 avril à Alep, où des quartiers sont tenus par des groupes rebelles et d'autres par les forces gouvernementales.

L'ONU tente en vain depuis des mois de trouver un règlement à cette guerre qui a fait depuis mars 2011 plus de 270.000 morts et poussé à la fuite des millions de personnes.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG