Liens d'accessibilité

CPI : pas de libération anticipée pour le Congolais Lubanga


Thomas Lubanga, ancien chef de milice en Ituri, lors d'une audience de la CPI, à La Haye, 1er décembre 2014.

Thomas Lubanga, ancien chef de milice en Ituri, lors d'une audience de la CPI, à La Haye, 1er décembre 2014.

L’ancien chef de milice congolais purgera sa peine en prison, selon une décision des juges de la Cour pénale internationale (CPI).

Ces juges ont rejeté la demande de libération anticipée de Thomas Lubanga a déjà passé neuf ans en prison. Il a été condamné à 14 ans de prison pour crimes de guerre dans l'est de la République démocratique du Congo.

Les juges "ont décidé à la majorité qu'il ne convenait pas de réduire la peine de M. Lubanga actuellement", a indiqué la CPI dans un communiqué.

"Bien qu'ayant trouvé l'existence de possibilités de resocialisation et de réinsertion réussie de M. Lubanga en République démocratique du Congo, les juges ont conclu qu'une réduction de la peine de M. Lubanga ne peut être justifiée dans les circonstances actuelles", a ajouté la Cour.

En fait, M. Lubanga avait été transféré au centre de détention de la CPI en mars 2006, et avait été condamné en 2012 pour l'enrôlement d'enfants soldats en Ituri, province orientale de RDC riche en ressources comme l'or, lors de violences en 2002-2003.

Les juges examineront à nouveau la possibilité de réduire la peine de prison de l'ancien chef de guerre dans deux ans, a ajouté la CPI.

Les personnes jugées par la Cour ayant purgé les deux tiers de leur peine peuvent demander aux juges une réduction de peine. Or, le temps passé en détention avant la condamnation est déduit de la peine de M. Lubanga.

Le procureur avait pour sa part demandé le maintien en détention, assurant que Thomas Lubanga n'avait pas du tout coopéré avec la Cour pendant son procès, et surtout, a dit avoir des motifs de croire qu'il exerce, depuis sa prison de La Haye, des pressions sur des témoins dans un autre procès de la CPI, celui de l'ex-chef de guerre Bosco Ntaganda.

L'ancien chef de l'Union des patriotes congolais (UPC) avait dit vouloir reprendre des études de psychologie à l'université de Kisangani.

La condamnation de Thomas Lubanga avait été la première de la CPI, entrée en fonction en 2003.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG