Liens d'accessibilité

Destructions à Tombouctou : l'accusé veut plaider coupable à la CPI


Ahmad Al Mahdi Al Faqi assis au tribunal lors de sa comparution initiale devant la Cour pénale internationale à La Haye, Pays-Bas, 30 septembre 2015.

Ahmad Al Mahdi Al Faqi assis au tribunal lors de sa comparution initiale devant la Cour pénale internationale à La Haye, Pays-Bas, 30 septembre 2015.

Le procureur de la Cour pénale internationale a annoncé qu'Ahmad Al Faqi Al Mahdi, le jihadiste malien présumé, accusé d'avoir détruit des mausolées protégés par l'Unesco à Tombouctou, a l'intention de plaider coupable.

Ce sera la première dans l'histoire de la CPI qu'un accusé plaide coupable, a révélé le procureur.

L'accusé "a exprimé son désir de plaider coupable" le 1er mars, pendant l'audience de confirmation des charges, alors que la cour était en huis clos, a affirmé le procureur dans un communiqué.

Les juges de la Cour pénale internationale ont confirmé jeudi l'inculpation de crime de guerre portée contre un djihadiste malien présumé lié à Al-Qaïda pour la destruction de mausolées protégés par l'Unesco à Tombouctou en 2012.

Cette décision renvoie Ahmad Al Faqi Al Mahdi "devant une chambre de première instance", a assuré la CPI dans un communiqué, ce qui ouvre la voie à un procès.

"La chambre a jugé que les preuves présentées par le procureur étaient suffisantes pour donner des motifs substantiels de croire Ahmad Al Mahdi pénalement responsable de la commission du crime de guerre que lui reproche le Procureur", a ajouté la Cour.

Sur VOA Afrique, le délégué permanent du Mali auprès de l’UNESCO, le Dr Oumar Keita exprime sa satisfaction.

L'accusé, le Touareg Ahmad Al Faqi Al Mahdi, est le premier jihadiste écroué par la CPI. Selon l'accusation, il a été l'un des chefs d'Ansar Dine, un groupe islamiste malien radical associé à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Selon la défense, l'accusé est "un intellectuel instruit soucieux du bien collectif". "Il ne s'agit pas d'attaquer des tombeaux mais de mettre en oeuvre des moyens qui visent à libérer les tombeaux d'éléments qui ont été construits sur ceux-ci", avait assuré Jean-Louis Gilissen lors de l'audience de confirmation des charges.

Son client est le premier suspect arrêté dans l'enquête de la Cour sur les violences de 2012-2013 au Mali et le premier poursuivi par la CPI pour destructions d'édifices religieux et monuments historiques.

M. Al Faqi Al Mahdi, environ 40 ans, s'est rendu responsable de crimes de guerre en ayant détruit neuf mausolées et une des plus importantes mosquées de la ville, Sidi Yahia, entre le 30 juin et le 10 juillet 2012, affirme l'accusation.

Fondée entre le XIe et le XIIe siècles par des tribus touareg et inscrite au patrimoine mondial de l'humanité, Tombouctou a été un grand centre intellectuel de l'islam et une ancienne cité marchande prospère des caravanes. La "cité des 333 saints" a connu son apogée au XVe siècle.

La destruction en 2012 de quatorze mausolées de saints musulmans par Ansar Dine au nom de la lutte contre "l'idolâtrie" avait provoqué l'indignation à travers le monde.

Les groupes jihadistes liés à Al-Qaïda avaient pris le contrôle du nord du Mali en mars-avril 2012, après la déroute de l'armée face à une rébellion à dominante touareg.

Ces jihadistes ont été en grande partie chassés après le lancement en janvier 2013 d'une intervention militaire internationale, à l'initiative de la France. Mais des zones entières du pays échappent encore au contrôle des forces maliennes et étrangères.

L'Unesco a depuis restauré les 14 mausolées détruits à Tombouctou, qui se trouve à 1.000 kilomètres au nord-est de la capitale Bamako.

XS
SM
MD
LG