Liens d'accessibilité

Côte d'Ivoire: tirs à l'arme lourde à Tiébissou, Ouattara poursuit son offensive diplomatique


Alassane Ouattara avec Jean Ping, président de la commission de l'UA

Alassane Ouattara avec Jean Ping, président de la commission de l'UA

La situation reste tendue sur le terrain et des analystes craignent que l'appui son equivoque de l'Union africaine à Alassane Ouattara ne puisse empêcher le pays de sombrer dans une nouvelle guerre civile.

La situation est toujours tendue en Côte d’Ivoire où des tirs à l’arme lourde ont été entendus hier soir à Tiébiessou, ville située entre Yamoussoukro la capitale politique et Bouaké, fief des Forces Nouvelles. Les ex-rebelles disent ne pas être impliqués. Pendant ce temps des accrochages ont été signalés à Abidjan où les mouvements de population se poursuivent. Selon l'UNICEF il y a quelque 400 mille déplacés dans le pays, la moitié se trouve aux alentours d'Abidjan et l'autre dans l'Ouest où la tension est palpable aussi. Le Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés indique que 500 mille personnes ont dû quitter leurs foyers et que la situation s'aggrave à la frontière avec le Libéria.

La crise post-électorale a déjà fait près de 400 morts, selon l'ONU alors que le pays s'enfonce dans la guerre civile.

Des résidents du quartier Abobo à Abidjan fuyant les combats

Des résidents du quartier Abobo à Abidjan fuyant les combats

Sur le plan diplomatique, jeudi le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine réuni à Addis Abeba a entériné les propositions du panel de l’organisation panafricaine sur la Côte d’Ivoire qui a confirmé sans équivoque la victoire d’Alassane Ouattara à la présidentielle du 28 novembre. Ce dernier poursuit ce vendredi son offensive diplomatique au Nigéria et dit que le Panel des cinq chefs d’Etat de l’Union Africaine recommanderait la mise en place d’un gouvernement d’union nationale. « Mon ambition et que mon pays retrouve son rang. Je mettrai en place un gouvernement d’union nationale où tous les principaux partis seront représentés », a-t-il déclaré. Le panel n’a toujours pas rendu publiques ses recommandations mais des sources proches des discussions confirment les propos de Mr. Ouattara. Le camp Gbagbo a tout de suite rejeté les conclusions de l'Union africaine.

Pascal Affi Nguessan à Addis Abeba

Pascal Affi Nguessan à Addis Abeba

« l'UA contribue à aggraver la situation en Côte d'Ivoire et elle sera responsable d'une éventuelle guerre civile. Le président Gbagbo est ouvert aux négociations, mais nier sans arguments, sans éléments objectifs sa victoire, c'est inacceptable!», a rétorqué
Pascal Affi Nguessan, président du FPI, qui représentait Laurent Gbagbo lors de cette réunion d’Addis Abeba.

L’administration Gbagbo a aussi annoncé l’interdiction des vols des aéronefs de l’ONUCI et de la force française Licorne, ce qui pourrait compliquer le retour d’Alassane Ouattara à l’Hôtel du Golf, son quartier général. L’ONUCI a cependant poursuivi ses activités estimant qu’une telle décision ne peut être prise que par Mr. Ouattara, seul reconnu comme président du pays.

Les forces de l'ONUCI à Abidjan

Les forces de l'ONUCI à Abidjan

Que signifie cette victoire diplomatique pour Mr. Ouattara et est-ce que la décision de l’UA est suffisante pour sortir la Côte d’Ivoire de l’impasse? Pour Gilles Yabi, spécialiste de la résolution des conflits en Afrique de l’Ouest. « Cette décision de l'Union africaine ne change en rien la réalité sur le terrain où il y a des rapports de force, avec le refus de Laurent Gbagbo de céder le pouvoir. Il faut attendre que l'organisation mette en oeuvre concrètement ces conclusions. Mais il est très difficile de dire que la crise ivoirienne aura un dénouement rapide sur la base de ces initiatives diplomatiques. Ca ne change en rien le risque de basculer dans une guerre civile dans les prochaines semaines», at-il commenté.

Par ailleurs, le représentant spécial du secrétaire général de l’ONU en Côte d’Ivoire, Young J. Choi a dénoncé vendredi les abus et graves violations des droits humains visant les populations civiles ainsi que les actes d’hostilité et de harcèlement à l’endroit du personnel civil et militaire de l’ONUCI par le camp Gbagbo.

XS
SM
MD
LG