Liens d'accessibilité

Côte d'Ivoire : les eaux maritimes "sécurisées" contre la piraterie


Pirates arrêtés et présentés au médias à Lagos au Nigeria, le lundi 22 février 2016.

Pirates arrêtés et présentés au médias à Lagos au Nigeria, le lundi 22 février 2016.

La Côte d'Ivoire a présenté jeudi un nouveau patrouilleur, dernière étape d'un effort pour sécuriser son espace maritime après une montée de la piraterie ces dernières années, a-t-on appris de source militaire.

"Le bouclier" est la troisième acquisition de navires de la flotte ivoirienne pour combattre la piraterie maritime en plein essor dans le Golfe de Guinée et qui avait fini par toucher en 2012 la Côte d'Ivoire, puissance économique régionale.

"Depuis l'acquisition de nos trois patrouilleurs, les eaux ivoiriennes sont sécurisées (...) nous effectuons régulièrement des sorties en mer", a affirmé à l'AFP le lieutenant de vaisseau Ghislain Guié, commandant "Le bouclier", lors d'une cérémonie de présentation du bateau à la presse.

L'officier a salué un "recul" de la présence de navires pirates dans la zone qui, selon lui, sont "informés que nous disposons de bateaux prêts à intervenir sur les 500 kilomètres de côtes quelles que soient les circonstances".

Pour le capitaine de vaisseau Amara Koné, chef des opérations de la marine nationale ivoirienne, la région du golfe de Guinée (Nigeria, Togo, Bénin, Ghana, Côte d'Ivoire, Sénégal etc.) "est devenue une zone d'immigration clandestine, de trafic de drogue et d'armes, de pêches illicites et de pollution maritime".

L'officier a salué la formation, en deux ans, d'une centaine de marins ivoiriens par les gardes-côtes américains aux techniques d'arraisonnement.

En 2014, la France et la Côte d'Ivoire sont convenus, lors d'une visite du ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian à Abidjan, de lutter contre "l'insécurité maritime" au large de la Côte d'Ivoire.

Un pétrolier français avait été attaqué par des pirates en février 2013 au large d'Abidjan dans la troisième attaque du genre visant le pays en quelques mois. En janvier 2013, un pétrolier nigérian battant pavillon panaméen avait été victime d'une attaque de pirates à son ancrage d'Abidjan. Début octobre 2012, un tanker grec avait subi une attaque semblable au même endroit.

Jusque-là, la Côte d'Ivoire avait été préservée de la piraterie dans le Golfe de Guinée. Fréquente au Nigeria, premier producteur de pétrole d'Afrique, elle a gagné les eaux du Bénin, où les attaques de navires avaient explosé en 2011.

Les autorités ivoiriennes avaient reconnu au moment des attaques de 2013 être "démunies de navires destinés à la surveillance des eaux maritimes".

Avec AFP

XS
SM
MD
LG