Liens d'accessibilité

Côte d’Ivoire : la responsable des femmes proches de Gbagbo déférée devant le parquet


L'ex-première dame ivoirienne assise avec d'autres responsables du Front Patrioitique Ivoirien (parti de Laurent Gbagbo) à l'ouverture du procès contre Mme Gbabgo.

L'ex-première dame ivoirienne assise avec d'autres responsables du Front Patrioitique Ivoirien (parti de Laurent Gbagbo) à l'ouverture du procès contre Mme Gbabgo.

L’avocat de Marie-Odette Lourougnon, la responsable des femmes du Front populaire ivoirien (FPI), le parti de l'ex-président Laurent Gbagbo, se plaint que les chefs d'inculpation à l’encontre de son client ne sont pas encore connus.

Me Toussaint Dako a confirmé que Mme Lourougnon a bien été déférée devant le parquet mardi.

La responsable des femmes du FPI était arrêtée avec cinq autres militants lors d'une manifestation vendredi. Ils tenaient une manifestation devant le siège du quotidien "Notre voie", un organe du FPI favorable au président du parti, Pascal Affi N'Guessan.

Mme Lourougnon et les autres manifestants protestaient contre l’invalidation, par la justice, de la suspension de M. N'Guessan de la présidence du FPI. Laquelle suspension avait été décidée en mars par un comité central extraordinaire alors qu'il comparaissait aux côtés de Mme Gbagbo et de 77 co-accusés devant la cour d'assises d'Abidjan pour atteinte à la sûreté de l'Etat durant la crise postélectorale de 2010-2011.

Mme Lourougnon était très influente parmi les femmes du FPI.

camps: le premier veut concourir à la présidentielle d'octobre derrière M. N'Guessan, mais le second refuse un tel scénario et fait de la libération de l'ex-président Laurent Gbagbo "le cœur de la stratégie de lutte du parti".

En février, une rencontre de la jeunesse du FPI s'est terminée en pugilat entre des pro-Affi N'Guessan et des pro-Gbagbo.

Laurent Gbagbo est écroué depuis fin 2011 à La Haye, où il doit être jugé par la Cour pénale internationale pour des "crimes contre l'humanité" présumés commis lors de la crise née de son refus de céder le pouvoir à l'actuel président Alassane Ouattara, candidat à sa réélection cette année.

La crise postélectorale de 2010-2011 a fait plus de 3.000 morts.

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG