Liens d'accessibilité

Côte d'Ivoire: découverte d'une nouvelle victime des violences de la semaine dernière


Un homme devant une affiche montrant l'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo,au siège du FPI à Abidjan, le 2 septembre 2015 (Reuters)

Un homme devant une affiche montrant l'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo,au siège du FPI à Abidjan, le 2 septembre 2015 (Reuters)

Quelque 34.000 soldats, dont 6000 Casques bleus, assureront la sécurité de l'élection présidentielle du 25 octobre, a annoncé lundi la Commission électorale indépendante (CEI) ivoirienne.

Le corps d'un homme a été découvert lundi en Côte d'Ivoire, portant à deux le nombre de victimes des violences qui ont suivi la validation par le Conseil constitutionnel de la candidature du président sortant Alassane Ouattara à l'élection présidentielle d'octobre, a appris l'Agence France Presse (AFP) de sources concordantes.

Jeudi et vendredi, des manifestations contre la candidature de M. Ouattara, menées par une partie de opposition favorable à l'ancien président Laurent Gbagbo, avaient dégénéré en affrontements dans plusieurs villes du pays.

Un homme âgé avait été tué et plusieurs personnes avaient été blessées à Logouata, petit village située dans la région natale de l'ancien président (250 km au nord-ouest d'Abidjan).

Lundi le corps d'un homme porté disparu depuis jeudi a été retrouvé dans un champ par un promeneur, selon un habitant de Logouata qui a souhaité conserver l'anonymat. "Il a été tué, son corps était tailladé à la machette", a-t-il précisé ajoutant que "les habitants avaient averti l'Onuci (mission onusienne en Côte d'Ivoire) et les autorités".

La situation reste tendue, selon les témoignages de plusieurs habitants.

Le Conseil constitutionnel ivoirien a établi le 9 septembre la liste définitive des 10 candidats à la présidentielle, autorisant notamment M. Ouattara à briguer un deuxième mandat face à une opposition morcelée.

Le président sortant est le favori de ce scrutin crucial pour la stabilisation de la Côte d'Ivoire après la crise postélectorale qui a suivi sa victoire en 2010 sur son prédécesseur Laurent Gbagbo.

Outre la région natale de M. Gbagbo, des troubles avaient eu lieu à Bonoua (60 km à l'est d'Abidjan), la ville natale de son épouse Simone Gbagbo, qui purge une peine de 20 ans de prison alors que des bus avaient été vandalisés à Yopougon, grand quartier populaire pro-Gbagbo de l'ouest d'Abidjan.

Grand absent de la prochaine présidentielle du 25 octobre, M. Gbagbo attend dans une cellule de la Cour pénale internationale (CPI) l'ouverture de son procès le 10 novembre pour crimes contre l'humanité en raison de son rôle présumé dans la crise de fin 2010-début 2011.

Plus de 3.000 Ivoiriens étaient morts en cinq mois de violences causées par son refus de reconnaître sa défaite.

34.000 soldats mobilisés pour la présidentielle

Quelque 34.000 soldats dont 6000 Casques bleus assureront la sécurité de l'élection présidentielle du 25 octobre en Côte d'Ivoire, scrutin crucial pour la stabilisation du pays après la crise post-électorale de 2010-2011, épilogue sanglant d'une décennie de crise politico-militaire.

"28 000 soldats ivoiriens (gendarmerie, police et armée) et 6.000 soldats de l'Onuci", la mission onusienne en Côte d'Ivoire, "seront mobilisés à partir du 1er octobre" a annoncé lundi Alain Dogou, le responsable de la sécurité de la Commission électorale indépendante (CEI) ivoirienne, chargée de l'organisation du scrutin.

"Le dispositif restera le même jusqu'à l'issue d'un éventuel second tour du scrutin présidentiel" a poursuivi M. Dogou, lors d'une rencontre avec les représentants des candidats.

La Conseil constitutionnel a dévoilé le 9 septembre la liste définitive des dix candidats à l'élection, dont le grand favori est le chef de l'Etat sortant Alassane Ouattara qui briguera un deuxième mandat face à une opposition morcelée.

M. Ouattara, qui peut se targuer d'un bon bilan économique et vise une victoire dès le 1er tour, a promis une élection "démocratique" et "apaisée".

Son opposition ne cesse toutefois de critiquer les conditions de déroulement du scrutin, affirmant notamment craindre l'action des dozos, ces chasseurs traditionnels alliés du régime, accusés par l'ONU de nombreuses exactions dans l'intérieur du pays, et qui pourraient perturber la sécurité scrutin, selon elle.

Grand absent de l'élection, l'ancien président Laurent Gbagbo attend dans une cellule de la Cour pénale internationale l'ouverture de son procès le 10 novembre pour crimes contre l'humanité en raison de son rôle présumé dans la crise de fin 2010-début 2011.

Plus de 3.000 Ivoiriens étaient morts en cinq mois de violences causées par son refus de reconnaître sa défaite.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG