Liens d'accessibilité

Copa America 2016 - Le Chili foudroie la Colombie et donne rendez-vous à l'Argentine


Lionel Messi

Lionel Messi

La revanche de la finale de la Copa America 2015 aura bien lieu : le Chili a rendez-vous avec l'Argentine dimanche grâce à sa victoire 2 à 0 en demi-finale contre la Colombie, mercredi à Chicago.

Il a fait parler la foudre pendant le premier quart d'heure, il a ensuite essuyé un avis de tempête pendant plus de deux heures, avant de laisser passer l'orage colombien en seconde période : c'est peu dire que le Chili a vécu une demi-finale tourmentée qui s'est terminée au bout de la nuit pour les 55.400 spectateurs.

La rencontre avait pourtant très bien commencé pour la Roja. Après seulement sept minutes de jeu, Charles Aranguiz ouvrait la marque en profitant d'une relance hasardeuse dans l'axe de la défense colombienne pour fusiller à bout portant David Ospina.

Le gardien colombien n'était pas exempt de reproches sur le second but chilien seulement quatre minutes plus tard : il se faisait surprendre par un tir de son coéquipier à Arsenal Alexis Sanchez. Le ballon percutait son montant droit pour échouer dans les pieds de José Fuenzalida qui pouvait tranquillement doubler la mise.

Menée 2 à 0, la Colombie, privée de Carlos Bacca, limité au rôle de joker de luxe à cause d'une contracture musculaire, s'est alors réveillée et a pris résolument l'ascendant.

Mais sa star James Rodriguez butait sur Claudio Bravo (22), lequel réalisait deux arrêts de grande classe juste avant la pause.

Alors que les deux équipes s'apprêtaient à sortir des vestiaires après la pause, les organisateurs annonçaient que le début de la seconde période était retardé jusqu'à nouvel ordre en raison d'un risque de tempête.

- 'Une certaine injustice' -

Un déluge a fini par s'abattre sur le Soldier Field de Chicago et après deux heures et demie d'attente, les débats ont pu reprendre avec une équipe toujours nettement supérieure, la Colombie.

Mais l'arbitre lui refusait un penalty (46), puis excluait Carlos Sanchez (57) après un second avertissement. Même réduits à dix, les "Cafeteros" continuaient à bousculer des Chiliens mal à l'aise sur la pelouse détrempée et incapables, sans Arturo Vidal, suspendu, de reproduire leur récital du quart de finale contre le Mexique (7-0).

"On avait des arguments pour aller en finale, mais on a mal débuté ce match", a regretté le sélectionneur de la Colombie José Pekerman, qui estime que son équipe a été "victime d'une certaine injustice".

Il faudra au Chili retrouver son football conquérant pour affronter l'Argentine qui a l'occasion de décrocher son premier titre depuis 1993 et n'a pas oublié la finale de la Copa 2015, perdue aux tirs au but à Santiago il y a un peu moins d'un an (0-0 a.p., 4 tab à 1).

"La principale qualité de cette sélection est sa mentalité, elle n'abdique jamais, elle croit toujours qu'elle peut gagner", a prévenu le sélectionneur de la Roja, Juan Antonio Pizzi.

Le Chili et l'Argentine se sont déjà affrontés aux Etats-Unis, à l'occasion de leur entrée en lice remportée 2 à 1 par l'Albiceleste. Mais l'Argentine était alors privée de Lionel Messi, ménagé en raison de douleurs au dos.

Depuis, la star du FC Barcelone éclabousse de sa classe la Copa 2016, comme mardi en demi-finale contre les Etats-Unis (4-0) avec un but et deux passes décisives.

"La situation est différente, le Chili est au sommet de sa forme", a estimé Pizzi.
Avec AFP

XS
SM
MD
LG