Liens d'accessibilité

Barack Obama vante les mérites de Hillary Clinton


Convention des démocrates.

Convention des démocrates.

Les délégués ont ovationné M. Obama, dont c’était le dernier discours en tant que président devant une convention de son parti.

Le président Barack Obama s’est adressé mercredi soir à la convention démocrate à Philadelphie, pour vanter les qualités de son ancienne secrétaire d’Etat, et souligner les insuffisances de Donald Trump, l’adversaire de Hillary Clinton à la présidentielle de novembre.

M. Obama a d’emblée reconnu les réalités auxquelles l’Amérique est confrontée de nos jours : anxiété; blocage politique à Washington; préoccupations sur les divisions raciales ; choc et tristesse après la folie d’Orlando ou Nice; l’existence encore en Amérique de poches qui ne se sont jamais relevées des fermetures d’usines et où les familles se sentent « oubliées » et se demandent si leurs enfants auront jamais les mêmes opportunités...

Malgré tout,Barack Obama s’est voulu optimiste.

“Ce que nous avons entendu à Cleveland la semaine dernière n’est pas particulièrement républicain. Et ce n’était pas assurément du conservatisme. Ce que nous avons entendu était une vision profondément pessimiste d’un pays où nous nous tournons les uns contre les autres, et tournons le dos au reste du monde. Aucune solution n’a été proposée pour les problèmes pressants de notre pays- tout simplement encourager le ressentiment, et le blâme, et la colère et la haine. Et ce n’est pas l’Amérique que je connais »

Parlant de l’enjeu de cette présidentielle de novembre 2016, Barack Obama a souligné que “vous savez, rien ne vous prépare réellement aux exigences du bureau ovale. Vous pouvez lire tout ce que voulez. Mais tant que vous n’êtes pas assis à ce bureau, vous n’avez aucune idée de ce qui vous attend quant à la gestion d’une crise mondiale ou à l’envoi de jeunes gens au combat ».

Pour Barack Obama, Hillary Clinton a eu, pour ainsi dire, son baptême du feu. Elle était dans la salle, elle a été partie intégrante de ces décisions, et sait ce qui est en jeu. Et même au milieu d’une crise, elle écoute les autres et garde son calme, et traite tout le monde avec respect. Et aussi sombres que puissent être les perspectives, et quel que soit le nombre de gens qui tentent de l’abattre, elle ne se décourage jamais, a déclaré le président.

« C’est la Hillary que je connais. C’est la Hillary que j’ai appris à admirer. C’est pourquoi je peux dire avec confiance qu’il n’y a jamais eu un homme ou une femme plus qualifiée que Hillary Clinton pour la présidence des Etats-Unis d’Amérique ».

Hillary Clinton, a-t-il poursuivi, finira le travail contre le groupe Etat islamique déjà aux abois, et elle le fera sans recourir à la torture, ou interdire des religions entières d’accès aux Etats-Unis.

Le Président Obama

Le Président Obama

Il a ridiculisé M. Trump qui suggère que l’Amérique est faible, et fait l’éloge de Vladimir Putin et de Saddam Hussein. Presque tous les pays du monde savent que l’Amérique est plus forte aujourd’hui et plus respectée qu’il y a 8 ans. « L’Amérique est déjà grande. Elle est déjà forte. Et je vous assure que notre force et notre grandeur ne dépendent pas de Donald Trump ».

Mme Clinton l’a rejoint sur le podium après son discours.

Le président est intervenu à la convention après une journée ou responsables et délégués démocrates ont passé leur temps à exprimer « choc et indignation », après queM. Trump a déclaré espérer que la Russie pourrait retrouver les milliers d'emails effacés du serveur privé de Mme Clinton. Pour les démocrates, c’est « la première fois qu’un candidat d’un grand parti à la présidentielle encourage activement une puissance étrangère à espionner son opposant politique ».

C’est tout simplement « irresponsable », s’est indigné mercredi soir à la convention Léon Panetta, ancien secrétaire à la défense et ex-patron de la CIA.

Le vice-président Joe Biden (qui) a lui aussi vanté les qualités de Hillary Clinton, et mis en garde contre le risque d’élire son adversaire républicain. « Jamais dans leur histoire, a-t-il dit, les deux partis n’ont investi un candidat aussi peu informé ».

Celui qui est censé remplacer M. Biden a la vice-présidence en cas de victoire démocrate, le sénateur Tim Kaine,colistier de Mme Clinton, s’est aussi adressé aux délégués. Sa nomination avait été approuvée par acclamation plus tôt dans la journée. Il a qualifié M. Trump de fraude, en citant ses casinos en faillite à Atlantic city (dans le New jersey), et sa defunte Trump University, entre autres…

Mais le réquisitoire le plus dévastateur contre M. Trump a été fait par un autre new yorkais, l’ex maire indépendant, le multi- milliardaire Michael Bloomberg.

Le vice President Joe Biden

Le vice President Joe Biden

Cet ancien démocrate et républicain s’est évertué à démontrer, exemples à l’appui, que Donald Trump n’est pas le grand homme d’affaires qu’il prétend être.Qualifiant M. Trump de “dangereux démagogue », et d’ «hypocrite », il a déclaré: “Je suis New Yorkais, et je peux voir de l’arnaque quand je la vois ».

M. Bloomberg a ensuite demandé à ses concitoyens, peu importe leur appartenance politique, de voter en novembre (et je cite) pour « une personne saine et compétente avec une expérience internationale ».

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG