Liens d'accessibilité

Quatre militaires tués en une semaine dans le Pool


Des résidents des quartiers sud de Brazzaville fuient les affrontements entre les forces de sécurité congolaises et des assaillants inconnus le 4 Avril 2016. / AFP / STRINGER / Congo OUT

Des résidents des quartiers sud de Brazzaville fuient les affrontements entre les forces de sécurité congolaises et des assaillants inconnus le 4 Avril 2016. / AFP / STRINGER / Congo OUT

Des accrochages ont eu lieu dans le sud du Congo avec les ex-combattants ninjas de l'ancien chef rebelle Frédéric Bintsamou, alias Pasteur Ntumi

"Deux militaires ont été tués dans la nuit de mercredi à jeudi, alors qu'ils convoyaient une ambulance transportant des malades partis de Kinkala, chef-lieu-du Pool et évacués sur Brazzaville", a déclaré à la presse le capitaine Patrick Okomo, un des responsables des opérations de l'armée dans la région du Pool.

"Deux autres militaires ont perdu leur vie lundi à Kimbedi, dans la même region, après l'attaque par les ex-combattants ninjas d'une base que ces militaires gardaient", a ajouté M. Okomo sans donner de chiffres du côté des assaillants.

L'information a été confirmée par le colonel Jules Monkala Tchoumou, porte-parole de la police, pour qui "le Pool est en train de vivre une situation dramatique (...) et les populations subissent des atrocités à huis clos".

Jeudi, toutes les tentatives pour joindre le camp du pasteur Ntumi sont demeurées vaines.

Les affrontements des derniers jours entre forces loyalistes et ex-combattants ninjas ont provoqué un exode massif des populations du Pool, notamment sur l'axe Brazzaville-Kinkala où plusieurs villages ont été vidés de leurs habitants, a rapporté un journaliste de l'AFP.

Baluchons sur la tête, ces populations, en majorité femmes et enfants, prennent la route de Kinkala ou d'autres villages (intérieurs) jusque-là épargnés par les troubles.

Le ministère de l'action humanitaire ignore pour le moment le nombre de personnes déplacées.

La situation sécuritaire du Pool, où l'armée a affronté les ex-combattants ninjas entre 1998 et 2003 avant un cessez-le-feu, s'est dégradée après l'attaque des quartiers sud de Brazzaville, début avril, date qui coïncide avec la validation par la Cour constitutionnelle de l'élection du président Denis Sassou Nguesso (avec 61% de suffrages) pour un troisième mandat.

Né en 1943 M. Sassou Nguesso cumule plus de 32 ans à la tête du Congo.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG