Liens d'accessibilité

Congo: un opposant condamné à deux ans de prison ferme


La carte du Congo où l'opposant a été arrêté.

La carte du Congo où l'opposant a été arrêté.

L'opposant congolais Paulin Makaya, chef d'une petite formation politique, a été condamné lundi à deux ans de prison ferme pour "incitation aux troubles à l'ordre public" après avoir organisé et participé à une manifestation non autorisée.

"Le tribunal déclare Paulin Makaya coupable du délit mis à sa charge et le condamne à vingt-quatre mois d'emprisonnement ferme et à payer 2,5 millions de FCFA (3.810 euros) d'amende", a déclaré Valérien Endenga, président de la chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Brazzaville.

Ses avocats ont aussitôt rejeté ce verdict, le qualifiant de jugement "injuste et illégal".

"Nous allons faire appel conformément aux dispositions du code de procédure pénale et l'affaire sera transmise à la juridiction d'appel pour y être de nouveau jugée", a déclaré à l'AFP Me Yvon Eric Ibouanga.

Président d'une petite formation d'opposition, "Unis pour le Congo" (UPC), M. Makaya était considéré comme un "détenu politique" par plusieurs organisations de défense des droits de l'homme. Pour Eloi Destin Sikoula, un militant de l'UPC, M. Makaya "a été condamné juste pour faire plaisir au pouvoir".

Les autorités congolaises l'ont accusé d'avoir organisé et participé en octobre 2015 à une manifestation non autorisée contre le référendum constitutionnel ayant permis au chef de l'État Denis Sassou Nguesso de se présenter à la présidentielle de mars qu'il a remporté.

Fin juin, le ministère public avait requis cinq ans de prison ferme et cinq millions de francs CFA, soit environ 7.600 euros, d'amende contre ce membre de l'opposition.

Proche de feu Bernard Kolélas, éphémère Premier ministre pendant la guerre civile de 1997 qui ramena M. Sassou Nguesso au pouvoir, M. Makaya était rentré au Congo fin 2014 après 17 ans d'exil.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG