Liens d'accessibilité

Congo : l’opposition appelle à une marche vendredi contre les résultats du référendum


Le président Denis Sassou Nguessou dans un bureau de vote lors du référendum du 25 octobre 2015 à Brazzaville

Le président Denis Sassou Nguessou dans un bureau de vote lors du référendum du 25 octobre 2015 à Brazzaville

Un porte-parole indique qu’il s’agira d’une "marche patriotique et pacifique".

Les deux principales coalitions ayant fait campagne contre le référendum constitutionnel de dimanche, dont elles ont rejeté les résultats, veulent par ces manifestations "dénoncer (...) la tricherie érigée en système de gouvernement" et "barrer la route à l'escroquerie et à la dictature", selon un déclaration commune lue à la presse par un porte-parole.

Les autorités ont annoncé mardi que le projet de constitution permettant à M. Sassou de briguer un nouveau mandat en 2016 avait été adopté à 92,26% à l'issue du référendum de dimanche, marqué officiellement par un taux de participation de 72,44%.

Le Front républicain pour le respect de l'ordre constitutionnel et l'alternance démocratique (Frocad) et l'Initiative pour la démocratie au Congo (IDC), qui avaient appelé à boycotter le vote, ont immédiatement récusé ces chiffres et appelé la population à la "désobéissance civile" pour empêcher la promulgation de la nouvelle constitution.

Dans leur déclaration de mercredi, adressée au "peuple congolais épris de liberté", les deux plateformes d'opposition appellent à des "journées villes mortes" tous les lundis, jeudis et vendredis à partir du 2 novembre "jusqu'au rétablissement de l'ordre constitutionnel".

Âgé de 72 ans cette année, M. Sassou Nguesso cumule plus de 31 ans à la tête du Congo.

L’opposition s’attend à mobiliser tout le pays pour contester les résultats du référendum de dimanche sur un projet de constitution permettant au chef de l'État de se représenter en 2016.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG