Liens d'accessibilité

Congo : l’opposition annule ses marches contre les résultats du référendum


Le président congolais Denis Sassou Nguesso vote à Brazzaville, le 25 octobre 2015. (AFP PHOTO)

Le président congolais Denis Sassou Nguesso vote à Brazzaville, le 25 octobre 2015. (AFP PHOTO)

Selon l'opposition congolaise, la journée de vendredi doit être plutôt consacrée au "recueillement".

Malgré son appel, mercredi dernier, à manifester dans tout le pays pour contester les résultats officiels du référendum de dimanche permettant au président Sassou Nguesso de se représenter en 2016, l'opposition congolaise fait marche arrière. Elle a annoncé, vendredi 30 octobre à Brazzaville, l'annulation des marches prévues.

"Il n'y aura pas de marche, la journée d'aujourd'hui est consacrée au recueillement", a ainsi déclaré à l'AFP Paul-Marie Mpouélé, coordonnateur du Frocad, l'une des deux coalitions d'opposition ayant appelé mercredi "le peuple congolais épris de liberté" à descendre dans la rue ce vendredi.

Vers midi (11 h GMT), environ 300 personnes participaient à Brazzaville, au siège de l'Union panafricaine pour la démocratie sociale (UPADS, premier parti de l'opposition au Parlement), à un hommage aux victimes des violences survenues le 20 octobre pendant la campagne référendaire (une vingtaine de morts selon l'opposition), selon un journaliste de l'AFP.

Marche "inopportune" à Pointe-Noire

"En dehors de cette cérémonie de recueillement [...] il n'y pas d'autre" cérémonie ou marche dans le pays, a déclaré M. Mpouélé.

A Pointe-Noire, capitale économique du pays, dans le sud, des responsables de l'opposition ont indiqué sans plus de commentaires à l'AFP que la tenue d'une marche de contestation dans cette ville avait été jugée "inopportune".

Selon Guy-Romain Kinfoussia, porte-parole du Frocad, la lutte n'est pas pour autant terminée. Il promet ainsi, à partir de lundi, "une serie d'actions qui s'inscrivent dans le cadre de la désobéissance civile". Ecoutez son interview pour VOA Afrique :

Mercredi, le Frocad et l'Initiative pour la démocratie au Congo (IDC) avaient appelé dans un communiqué commun à "une marche patriotique et pacifique" dans tout le pays vendredi pour contester les résultats du référendum, "dénoncer [...] la tricherie érigée en système de gouvernement" et "barrer la route à l'escroquerie et à la dictature".

Le projet de Constitution permettant à M. Sassou Nguesso, au pouvoir depuis 31 ans, de briguer un nouveau mandat en 2016 a été adopté à 92,26 % à l'issue du référendum de dimanche, marqué officiellement par un taux de participation de 72,44 %. L'IDC et le Frocad, qui avaient appelé à boycotter le scrutin, ont rejeté ces chiffres des autorités.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG