Liens d'accessibilité

Congo-Brazzaville : quatre manifestants contre le référendum constitutionnel blessés par balles


Le président congolais Denis Sassou-NGuesso

Le président congolais Denis Sassou-NGuesso

Quatre manifestants opposés au référendum constitutionnel devant permettre au président congolais Denis Sassou Nguesso de se représenter en 2016 ont été grièvement blessés par balles samedi à Pointe-Noire, dans le sud du Congo, a-t-on appris de source sécuritaire.

L'incident s'est produit dans le centre de la capitale économique du pays lors d'un rassemblement du Front républicain pour le respect de l'ordre constitutionnel et l'alternance démocratique (Frocad) et de l'Initiative pour la démocratie au Congo (IDC), deux plates-formes d'opposition qui dénoncent comme un "coup d'État constitutionnel" ce référendum convoqué pour le 25 octobre.

"Un policier qui n'était pas commis à la sécurisation du meeting a tiré sur les militants [...] à la suite d'une altercation. Il en a blessé quatre grièvement", a déclaré à l'AFP un officier de la gendarmerie joint par téléphone de Brazzaville.

"La voiture personnelle du policier a été incendiée par la foule en colère. Mais le meeting s'est terminé dans le calme", a ajouté l'officier

"Tirer sur une foule sans armes relève de la sauvagerie", a déclaré à l'AFP Simon Foutou, député de l'Union panafricaine pour la démocratie sociale (UPADS, première formation de l'opposition) présent au meeting,

"On a enregistré trois ou quatre blessés graves, c'est déplorable", a-t-il ajouté.

Selon l'officier de gendarmerie et les organisateurs, "plusieurs milliers" de personnes ont pris part à la manifestation de Pointe-Noire.

Selon un autre officier de gendarmerie, treize jeunes gens ont été interpellés après avoir manifesté leur colère en incendiant samedi soir un poste de péage de la ville.

Le gouvernement a annoncé le 5 octobre la convocation d'un référendum sur une nouvelle constitution qui ferait sauter les deux verrous de la Constitution de 2002 interdisant à M. Sassou de briquer un troisième mandat: l'âge maximal de 70 ans imposé aux candidats à la magistrature suprême et la limitation à deux du nombre de mandats que peut exercer un chef de l'État.

La campagne s'est ouverte le 9 octobre. Les opposants au référendum appellent à un nouveau rassemblement à Brazzaville le 20.

Âgé de 72 ans cette année, M. Sassou a dirigé le pays à l'époque du parti unique, de 1979 jusqu'aux élections pluralistes de 1992, qu'il a perdues. Revenu au pouvoir en 1997 à l'issue d'une violente guerre civile, il a été élu président en 2002 et réélu en 2009.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG