Liens d'accessibilité

Congo-Brazza : le parti de Sassou Nguesso prône plutôt pour une nouvelle constitution


Congo's President Denis Sassou Nguesso (R) and Central African Republic President Catherine Samba Panza (L) attend talks gathering key players in the Central African conflict, July 21, 2014, in Brazzaville, to end more than a year of sectarian bloodshed.

Congo's President Denis Sassou Nguesso (R) and Central African Republic President Catherine Samba Panza (L) attend talks gathering key players in the Central African conflict, July 21, 2014, in Brazzaville, to end more than a year of sectarian bloodshed.

Le Parti congolais du travail (PCT) propose désormais une nouvelle constitution en lieu et place d’un amendement, selon les responsables du parti.

Michel Odzocki, le porte-parole l’a récemment déclaré à la presse.

Mais de l’avis des experts légaux, la Constitution de la République du Congo ne prévoit pas son remplacement.

Pour Me Maixent Hanimba, juriste indépendant, « il y a des articles qui sont verrouillés, en l’occurrence l’article 85 qui limite les mandats du président à deux ».

« Nous supposons que le parti du président de la République a bien compris que la révision constitutionnelle ne permettrait pas au chef de l’Etat de briquer un troisième mandat, » a indiqué Me Hanimba à la VOA.

Le juriste estime aussi que l’implication de toutes les parties sera nécessaire pour la mise en place d’une nouvelle Constitution, « qui signifierait la suspension de toutes les institutions du pays, y compris la présidence ».

Et, cette option requiert un consensus national.

XS
SM
MD
LG