Liens d'accessibilité

Confirmation de la condamnation de l'opposant Makaya à Brazzaville


Boulevard Alfred Raoul à Brazzaville, Congo, 15 avril 2016

La justice congolaise a confirmé la condamnation à deux ans de prison de l'opposant Paulin Makaya pour "incitation aux troubles à l'ordre public" lors d'une audience publique.

"Le jugement rendu en première instance est maintenu", soit vingt-quatre mois de prison ferme et une amende de 2,5 millions de FCFA (3.810 euros)", a déclaré Christine Tsika Mayanda, présidente de la première chambre correctionnelle de la cour d'appel qui rendait le verdict du procès en appel organisé entre décembre et janvier.

"Cette décision est décevante et illégale. Je vais discuter avec mon client pour voir l'éventualité d'exercer un recours, car nous pouvons encore formuler un pourvoi en cassation dans un délai de trois jours devant la juridiction suprême, c'est-à-dire la cour suprême", a réagi Me Yvon Eric Ibouanga de la défense.

"Nous avons toujours soutenu que tous les éléments de l'infraction reprochée à Paulin Makaya ne sont pas réunis (...). Nous continuons à soutenir que la décision de la chambre correctionnelle est illégale", a ajouté Me Ibouanga espérant obtenir une "décision fondée en droit" si un recours est déposé par la défense.

Président d'une petite formation d'opposition, "Unis pour le Congo" (UPC), M. Makaya est considéré comme un "détenu politique" par plusieurs organisations de défense des droits de l'homme.

Les autorités congolaises l'ont accusé d'avoir organisé en octobre 2015 à une manifestation non autorisée contre le référendum constitutionnel ayant permis au chef de l'État Denis Sassou Nguesso, qui cumule 32 ans à la tête du Congo, de se présenter à nouveau à la présidentielle de mars 2016, qu'il a remportée.

Proche de feu Bernard Kolélas, éphémère Premier ministre pendant la guerre civile de 1997 qui ramena M. Sassou Nguesso au pouvoir, M. Makaya était rentré au Congo fin 2014 après 17 ans d'exil.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG