Liens d'accessibilité

Conférence de Washington sur l'assainissement


Les filles et les femmes sont le plus fréquemment chargées d'aller chercher l'eau

Les filles et les femmes sont le plus fréquemment chargées d'aller chercher l'eau

L’eau et l’assainissement étaient à l’ordre du jour d’une conférence internationale ici à Washington. Elle regroupait ce vendredi les ministres de 80 pays en développement, des donateurs et des représentants d’ONG et d’agences internationales.

Un rapport des Nations Unies (ONU) sur l’eau et l’assainissement révèle que près de 525.000 enfants sont morts en 2012, faute d’eau potable et d’hygiène.

Dans une interview avec la Voix de l’Amérique (VOA), Mme Mariame Dem, présidente de la section Afrique de l’Ouest à l’ONG WaterAid, basée à Dakar, a évoqué la problématique de l’assainissement en Afrique subsaharienne.

« Ce qui est important c’est que, non seulement il y ait une aide qui soit attribuée au secteur, mais aussi que cette aide puisse être gérée de manière efficace et puis aussi aller dans les besoins essentiels » a dit Mme Dem. Quelques 2,5 millions de personnes, a-t-elle noté, n’ont toujours pas accès à l’assainissement en Afrique subsaharienne.

Pour les femmes, ces carences posent des défis bien particuliers. Ce n’est pas seulement que leur modestie et leur intimité s’en ressentent, fait valoir Mme Dem. C’est également qu’elles courrent des risques en cherchant à se soulager en brousse, où elles peuvent être violées.

Par ailleurs, lorsque les membres de leurs familles les plus vulnérables – soit les personnes âgées et les plus jeunes – sont victimes de diarrhées provoquées par le mauvais assainissement ou l’absence d’eau potable, ce sont les femmes qui sont chargées de les soigner, ce qui ajoutent à leurs tâches, fait valoir Mme Dem.
XS
SM
MD
LG