Liens d'accessibilité

Commémoration du 31 octobre 2014 : le Burkina célèbre les "martyrs de l’insurrection"


Des protestataires contre le coup d'Etat manqué, le 21 septembre 2015 à Ouagadougou. (AP Photo/Theo Renaut)

Des protestataires contre le coup d'Etat manqué, le 21 septembre 2015 à Ouagadougou. (AP Photo/Theo Renaut)

La trentaine de morts et les quelque 600 blessés liés à l'insurrection populaire qui a renversé le régime de Compaoré, fin septembre 2014, ont été honorés lors d'une cérémonie samedi.

Le Burkina Faso a rendu hommage, samedi 31 octobre, aux victimes de l'insurrection populaire du 31 octobre 2014 ayant entraîné la chute de l'ancien président Blaise Compaoré, après 27 ans au pouvoir.

La répression des manifestants avait fait officiellement une trentaine de morts et plus de 600 blessés. Le gouvernement de la transition a décidé de faire des 28 morts des "héros nationaux" qui sont appelés les "martyrs de l'insurrection".

Les autorités ont associé à ces hommages les quatorze victimes du putsch manqué du 17 septembre dernier perpétré par le Régiment de sécurité présidentielle (RSP), l'ancienne garde prétorienne de M. Compaoré.

Le président Michel Kafando les a élevés au rang de "chevalier de l'Ordre national".

Stèle au pied du "Monument des martyrs"

Une stèle en leur hommage a été érigée au pied du "Monument des martyrs" construit sous le régime Compaoré dans le quartier huppé de Ouaga 2000.

La lutte du peuple burkinabè contre le régime "autocratique" de M. Compaoré était "la victoire de la liberté et de la démocratie, (par) le triomphe du peuple aux mains nues", a rappelé M. Kafando.

"Nous attendons la justice, la vraie où le droit de la victime est respectée", a affirmé le porte-parole des victimes Babou Bamouni.

"Les blessés de l'insurrection populaire et du putsch (du 17 septembre) attendent une action concrète de vous", a indiqué de son côté le porte-parole de l'Association des blessés, Dramane Ouédraogo, aux autorités de la transition qui les ont, selon lui, "abandonnés".

Au total, 652 blessés ont été enregistrés pendant l'insurrection populaire anti-Compaoré et 271 blessés durant le putsch manqué.

Concert géant dimanche, Place de la révolution

Le gouvernement a annoncé mercredi la construction de logements pour les veuves des "martyrs", la prise en charge gratuite de l'éducation des enfants des disparus et des soutiens financiers aux blessés.

La commémoration du premier anniversaire de la chute de Compaoré prend fin dimanche avec un concert géant d'artistes locaux à la Place de la révolution, épicentre des manifestations anti-Compaoré durant l'année 2014.

L'insurrection avait commencé le 30 octobre 2014 avec notamment l'incendie de l'Assemblée nationale. Le président Compaoré avait alors annoncé le retrait du projet de modification de la loi devant lui permettre de se maintenir au pouvoir sans réussir à calmer la foule. Le lendemain, le 31, il démissionnait.

Des élections présidentielle et législatives sont prévues le 29 novembre pour définitivement tourner la page de l'ère Compaoré et instaurer une véritable démocratie dans ce pays pauvre d'Afrique de l'Ouest.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG