Liens d'accessibilité

Nigéria: au moins 180 morts dans des combats entre militaires et extrémistes


Cette photo prise avec un téléphone portable montre une jeune fille sur les ruines des maisons incendiées à Baga (21 avril 2013)

Cette photo prise avec un téléphone portable montre une jeune fille sur les ruines des maisons incendiées à Baga (21 avril 2013)

Les affrontements, entre l'armée et des membres présumés de Boko Haram, ont eu lieu à Baga, dans le nord du pays.

Les habitants du village de Baga, dans le nord du Nigéria, sortent peu à peu de leurs cachettes dans la brousse après avoir fui une bataille féroce entre des combattants islamistes présumés et les forces de sécurité gouvernementales.

Un responsable local a affirmé que plus de 180 personnes ont été tuées dans les combats, qui ont également endommagé ou détruit des centaines de maisons.

Baga est un village qui longe la frontière du Nigéria, avec une pointe dans le lac Tchad. Les habitants ont fui leurs maisons au cours du week-end lorsque de violents combats ont éclaté entre militaires et des combattants présumés de la secte islamiste radicale Boko Haram.

Un homme essaie de calmer la douleur d'un blessé à Baga, le 21 avril 2013

Un homme essaie de calmer la douleur d'un blessé à Baga, le 21 avril 2013



Selon une autorité locale, les combats ont détruit environ 2.000 maisons et fait 185 morts.

Un soldat impliqué dans les opérations sur le terrain – et qui a voulu garder l’anonymat - a accusé les combattants de Boko Haram d’être responsables du carnage parce qu'ils opéraient dans la ville, essentiellement en utilisant la population civile comme bouclier humain.

Mais certains habitants assurent que la bataille avait échappé au contrôle des deux camps et que les soldats ont mis le feu à des maisons et ont obligé les gens à fuir dans la brousse.

Cette capture d'écran montrerait le leader présumé de Boko Haram, Abubakar Shekau (au c.), avec six hommes armés et masqués, dans un lieu non précisé, le 5 mars 2013

Cette capture d'écran montrerait le leader présumé de Boko Haram, Abubakar Shekau (au c.), avec six hommes armés et masqués, dans un lieu non précisé, le 5 mars 2013



La bataille semble avoir commencé vendredi soir, mais c'est dimanche que les nouvelles ont pu parvenir à la capitale nigériane.

Boko Haram est aux prises avec le gouvernement depuis 2009, et a mené des attaques contre des églises, des écoles, les infrastructures de télécommunications, les médias, les bureaux gouvernementaux et le siège local de l'ONU.

XS
SM
MD
LG