Liens d'accessibilité

Combat du siècle Mohamed Ali-George Foreman : 42 ans après

  • Eddy Isango

Mohamed Ali regarde s'effondrer le champion du monde George Foreman au huitième round du combat pour le titre de champion du monde WBA / WBC à Kinshasa, Zaïre, 30 octobre 1974. Foreman s’est fait compter par l'arbitre et Ali a repris la couronne des poids lourds du monde par KO dans ce combat surnommé «Rumble in the Jungle». (AP Photo)

Mohamed Ali regarde s'effondrer le champion du monde George Foreman au huitième round du combat pour le titre de champion du monde WBA / WBC à Kinshasa, Zaïre, 30 octobre 1974. Foreman s’est fait compter par l'arbitre et Ali a repris la couronne des poids lourds du monde par KO dans ce combat surnommé «Rumble in the Jungle». (AP Photo)

Avec l’annonce du décès vendredi de Mohamed Ali, VOA Afrique revient sur l’un des plus grands moments de l’histoire de la légende de la boxe mondiale, le "Rumble in the jungle", combat qui avait opposé le 30 octobre 1974 à Kinshasa, en RDC (à l’époque Zaïre) celui qui se présentait comme "le plus beau et le plus fort de tous les boxeurs" contre un autre célèbre champion du "sport noble", Georges Foreman. VOA Afrique vous propose à nouveau ce témoignage avec Olela Shungu, l’interprète de Mohamed Ali lors de ce mémorable combat qui a donné plus d’auras à Ali mais aussi à l’Afrique.

C’est comme si c’était hier pour ceux qui s’en souviennent.

Pourtant, il y a quarante-deux ans déjà que ce combat de boxe, resté dans les mémoires des Africains, a opposé Mohamed Ali à Georges Foreman pour le titre mondial des poids lourds, le 30 octobre 1974, à Kinshasa, au Zaïre, aujourd’hui la RD Congo.

VOA Afrique s'est entretenu avec Olela Shungu, qui était l’interprète d’Ali à l’époque.

Avant ce combat, Ali avait, dans ses déclarations à la presse, affirmé qu’il boxait en tant que Noir et pour tous les Noirs ; ce qui a lui attiré la sympathie des Zaïrois, qui avaient rempli le stade du 20 mai (aujourd’hui Tata Raphaël), se souvient Shungu.

"Ali boma ye !" slogan tiré du lingala, langue parlée dans la région de Kinshasa, qui se traduit en français par « Ali tue-le ! » résume toute la stratégie adoptée par le beau et jeune boxeur de 30 ans qu’était Ali.

"Ali s’était beaucoup rapproché de la population, il s’arrêtait et parlait avec la population, même quand il faisait du jogging ou du ‘shadow boxing ‘. Il demandait ce qu’il fallait pour finir avec son adversaire et la réponse était invariablement: "tue-le", qui est pratiquement devenu une chanson », rappelle Shungu.

D’un coût de près d’une dizaine de millions de dollars, le mythique combat était associé à un grand festival auquel étaient conviés de nombreux musiciens et acteurs de film américains et du monde, au nombre desquels figurait le défunt James Brown.

Comme beaucoup d’autres observateurs, Shungu reconnait que le président Mobutu Sese Seko, dictateur qui a régné pendant 32 ans, faisait plutôt son marketing et celui de son pays."Le Zaïre était désormais connu en référence à ce combat", explique Shungu.

Les dividendes culturels, économiques et infrastructurels que le Zaïre a engrangés à la suite de ce combat n’ont malheureusement pas été bien gérés.

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG