Liens d'accessibilité

Clinton admet qu'elle aurait mieux fait d'avoir une autre messagerie


Hilary Clinton s'expliquant devant la presse mardi (AP)

Hilary Clinton s'expliquant devant la presse mardi (AP)

Lors d'une conférence de presse aux Nations unies à New York, elle a souligné qu'elle n'avait jamais diffusé de documents confidentiels dans ses courriels.

NEW YORK (Reuters) - Hillary Clinton a déclaré mardi avoir choisi "par commodité" d'utiliser son compte de messagerie électronique personnel et un seul téléphone portable alors qu'elle était à la tête de la diplomatie américaine mais a reconnu qu'elle aurait mieux fait d'avoir également recours à un autre compte et à un second portable.

Lors d'une conférence de presse aux Nations unies (ONU) à New York, elle a souligné qu'elle n'avait jamais diffusé de documents confidentiels dans ses courriels. En outre, a-t-elle ajouté, "la très grande majorité" de ces messages étaient envoyés à des adresses au département d'Etat et ont donc été conservés.

"J'ai considéré que c'était plus pratique" d'utiliser une messagerie privée et un seul téléphone portable, a-t-elle dit. "Maintenant, avec le recul, je pense que cela aurait peut-être été plus intelligent d'avoir deux systèmes, dès le début."

L'ancienne secrétaire d'Etat, très probable candidate à l'investiture démocrate pour l'élection présidentielle de 2016, a précisé que son serveur personnel était à l'origine celui de son mari Bill Clinton, qu'il se trouvait sur un site surveillé par les services secrets et pouvait être considéré comme sûr.

Hillary Clinton a remis récemment 55.000 pages de courriels au département d'Etat, qui a entamé la semaine dernière leur examen pour déterminer si elle a enfreint les règles de protection des données sensibles. L'usage d'une adresse personnelle ne constitue pas une infraction si les informations transmises par ce biais ne sont pas sensibles, a souligné un représentant du département d'Etat cité par le Washington Post.

La porte-parole du département d'Etat, Jen Psaki, a annoncé mardi que ces courriels d'Hillary Clinton seraient publiés sur un site internet une fois qu'ils auront été examinés par les services gouvernementaux, ce qui devrait prendre plusieurs mois. Cette décision a été saluée par l'ancienne secrétaire d'Etat.

La semaine dernière, la commission parlementaire chargée de l'enquête sur l'attaque du consulat américain à Benghazi, qui a coûté la vie à l'ambassadeur en Libye Christopher Stevens et à trois autres Américains le 11 septembre 2012, avait demandé la publication de tous les courriels liés à cette affaire. Les élus républicains soupçonnent Hillary Clinton, qui a démissionné en 2013, de ne pas avoir fait le nécessaire pour protéger les ressortissants américains.

XS
SM
MD
LG