Liens d'accessibilité

Cinq policiers tués par des shebab présumés dans le nord-est du Kenya


Des policiers kényans tiennent leurs positions alors qu'ils patrouillent autour de la frontière entre le Kenya et la Somalia près de Mandera, le 6 février 2015.

Des policiers kényans tiennent leurs positions alors qu'ils patrouillent autour de la frontière entre le Kenya et la Somalia près de Mandera, le 6 février 2015.

Cinq policiers kényans ont été tués lundi matin lors de l'attaque de leur convoi dans le nord-est du Kenya par des hommes armés soupçonnés d'être des islamistes somaliens shebab.

Le véhicule de police, qui escortait un bus, a explosé après avoir apparemment été touché par une grenade tirée d'un lance-grenade, près de la ville d'Elwak, à la frontière avec la Somalie.

"Nous condamnons l'attaque des shebab, cinq officiers ont été tués", a déclaré Ali Roba, gouverneur du comté de Mandera.

Les attaques des shebab, affiliés à Al-Qaïda, sont fréquentes dans le nord-est kényan.

Depuis l'assaut mené par les shebab en septembre 2013 contre le centre commercial Westgate à Nairobi (67 morts), plusieurs centaines de personnes ont été tuées dans des attentats des shebab au Kenya.

Une centaine de personnes ont été abattues en 2014 lors d'une série d'attaques contre des localités de la côte kényane, et 148 personnes ont été massacrées par un commando shebab à l'université de Garissa (est) en avril 2015.

Le Kenya est une des cibles privilégiées des shebab depuis octobre 2011, date à laquelle il a commencé à fournir un contingent militaire à la force de l'Union africaine en Somalie (Amisom).

Les shebab, chassés à la mi-2011 de Mogadiscio, puis de leurs principaux bastions du centre et du sud somaliens, contrôlent toujours de larges zones rurales, d'où ils mènent des opérations de guérilla et des attentats-suicides - parfois jusque dans la capitale somalienne - contre les symboles du fragile gouvernement somalien ou contre l'Amisom qui le soutient.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG