Liens d'accessibilité

Chute du mur de Berlin : 25ème anniversaire


Angela Merkel Angela, chancelière allemande, a fait l’éloge de son people qui, 25 ans plutôt, avait détruit le mur appelé « le mur de la honte ». Elle a aussi déclaré que la chute du mur de Berlin peut aujourd’hui servir d’exemple aux pays déchirés par la guerre d'aujourd'hui, y compris l'Ukraine, la Syrie et l'Irak.

Le peuple allemand a commémoré dimanche le 25ème anniversaire de la chute du mur de Berlin. La chancelière allemande Angela Merkel a déposé des gerbes de rose à quelques endroits où des sections du mur subsistent encore. Elle a, à l’occasion, loué le courage des citoyens allemands qui ont pacifiquement fait écrouler le mur le 9 novembre 1989. Construit en août 1961, ce mur appelé « le mur de l’Ouest » à l’Ouest, séparait alors l’Allemagne en deux états consacrant la division du monde en deux blocs dominé par les Etats-Unis et l’Union Soviétique.

« La chute du mur nous montre… que nous avons le pouvoir de tracer notre destinée et rendre meilleur les choses », a affirmé Merkel.

La chancelière allemande a appelé le mur un "symbole de la violence de l'Etat coulé dans le béton» qui «a conduit des millions de personnes dans les limites de ce qui est tolérable."

Merkel s’est montrée reconnaissante à tous ceux qui, à l'étranger, ont ouvert la voie pour les événements historiques, de la République tchèque et les mouvements pro-démocratie en Pologne aux réformes «glasnost» et la «perestroïka» à Moscou. "Le rideau de fer avait déjà été déchiré"… en 1989, a insisté Merkel.

"Nous avons toutes les raisons de célébrer," a déclaré le maire Klaus Wowereit, dont le gouvernement ville a été la reconstruction de petits segments du mur pour la postérité et les touristes après la quasi-totalité de la barrière de béton original a été démoli à la hâte il ya plus de deux décennies.

«Nous étions tous heureux au moment où il était tombé et (il) a été démoli", a déclaré Wowereit.

A l’occasion de cette commémoration, des messages venus des personnalités qui ont assuré des responsabilités dans le monde ou qui les assure encore, mettent en garde contre les divisions continues entre les grandes puissances qui menacent d'une nouvelle guerre froide.

Le président américain Barack Obama a, dans déclaration publiée samedi, affirmé que les actions de la Russie contre l'Ukraine sont un rappel qu'il y a «encore du travail à faire» pour que l'Europe soit "unie, libre et en paix."

Le mur de Berlin a divisé la capitale allemande et symbolisait la guerre froide, qui a opposé les États-Unis et ses alliés contre l'Union soviétique après la Seconde Guerre mondiale.

L'ancien dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev qui a part à ces festivités a indiqué samedi que le monde est au bord de la «nouvelle guerre froide» et que certains disent qu'elle a même déjà commencé.

"L'effusion de sang en Europe et au Moyen-Orient dans le contexte d'une rupture du dialogue entre les grandes puissances préoccupe énormément", a Gorbatchev.

L'Occident et la Russie tendent à s’embourber dans des tensions sur l'Ukraine depuis des mois.

XS
SM
MD
LG