Liens d'accessibilité

Christiane Taubira s'oppose à la déchéance de nationalité, voulue par Hollande


La ministre française de la Justice, Christiane Taubira, la 12 mars 2014.

La ministre française de la Justice, Christiane Taubira, la 12 mars 2014.

Nouvelle discordance au sein du gouvernement français : la ministre de la justice, Christiane Taubira, s'est de nouveau opposée jeudi à la déchéance de nationalité pour les Français binationaux condamnés pour des actes de terrorisme, mesure prônée par le président François Hollande.

"Je ne fais pas mystère du fait que oui, je pense que la déchéance de nationalité n'est pas souhaitable pour des Français binationaux parce que l'efficacité (...) est absolument dérisoire", a-t-elle expliqué sur la chaîne iTELE.

Annoncé par le président François Hollande trois jours après les attentats jihadistes du 13 novembre qui ont fait 130 morts à Paris, un projet de réforme de la Constitution doit être soumis début février au Parlement.

La proposition d'inscrire dans la loi fondamentale la déchéance de nationalité française pour les binationaux condamnés pour terrorisme, y compris lorsqu'ils sont nés en France, déchire la majorité socialiste et l'ensemble de la gauche.

De nombreux ténors du Parti socialiste (PS) dénoncent la reprise par l'exécutif d'une idée réclamée de longue date par l'opposition de droite et l'extrême droite, qui stigmatiserait les Français de double nationalité et remettrait en cause le droit du sol.

Dans ses voeux aux Français le soir du 31 décembre, François Hollande avait assuré qu'il comptait maintenir cette mesure, approuvée par une grande majorité des Français selon les sondages.

Le Premier ministre Manuel Valls s'est dit convaincu mercredi que cette disposition serait "adoptée à une très large majorité" et qu'elle était "une manière de consolider le pacte national".

Avec AFP

XS
SM
MD
LG