Liens d'accessibilité

Charlie Hebdo : vente record du dernier numéro


Un lecteur achète une copie du nouveau Charlie Hebdo, Rennes, 14 janvier 2015

Un lecteur achète une copie du nouveau Charlie Hebdo, Rennes, 14 janvier 2015

Plus de cinq millions d'exemplaires devraient se vendre dans le monde, une semaine après l'attaque qui a décimé la rédaction

Les Français se sont arraché le numéro de Charlie Hebdo rédigé par les "survivants" et mettant en Une un Mahomet en larmes, une semaine après l'attentat qui a été revendiqué mercredi par Al-Qaïda au Yémen.

En tuant douze personnes dans l'attaque contre le journal mercredi dernier, les jihadistes Saïd et Chérif Kouachi avaient affirmé "avoir vengé le prophète et tué Charlie Hebdo".

Après avoir déjà défilé en masse dimanche pour défendre la liberté d'expression, les Français, bouleversés par la série d'attentats qui ont fait 17 morts à Paris, se sont rués dans les kiosques.

A 9h TU, plus aucun exemplaire de ce numéro historique, qui va bénéficier d'un tirage record de cinq millions d'exemplaires cette semaine, n'était disponible dans les 27.000 points de vente du pays.

"Plus de Charlie Hebdo" affichaient à la hâte sur leurs étals les kiosquiers débordés alors que les clients, dépités, se rabattaient en achetant Le Canard Enchaîné, plus grand journal satirique français qui a reçu des menaces le lendemain de l'attentat contre Charlie Hebdo.

Dans une des réactions les plus vives face à la une de Charlie montrant un Mahomet en larmes, alors que la représentation du prophète est proscrite dans l'islam, l'Iran a condamné "le geste insultant" de Charlie Hebdo et estimé que le dessin "portait atteinte aux sentiments des musulmans".

L'Union mondiale des oulémas musulmans, basée au Qatar, a de son côté estimé qu'il n'était "pas sage" de publier de nouveaux dessins du prophète Mahomet, comme l'ont fait mercredi de nombreux journaux dans le monde, par solidarité avec le journal satirique.

La publication de ces dessins "insultants à l'égard du prophète" va "attiser la haine", a aussi jugé Al-Azhar, l'une des plus prestigieuses institutions de l'islam sunnite, basée en Egypte.

Le mufti de Jérusalem, plus haute autorité religieuse dans les Territoires palestiniens, a dénoncé mercredi comme une "insulte" aux musulmans la Une du journal français Charlie Hebdo caricaturant le prophète Mahomet, tout en rejetant le recours à la violence.

"Cette insulte a blessé les sentiments de près de deux milliards de musulmans dans le monde", a dit le grand mufti Mohammad Hussein dans un communiqué.

"Ces dessins et autres insultes nuisent aux relations entre les adeptes des religions" du Livre, l'islam, le judaïsme et le christianisme, a-t-il dit en notant la vaste diffusion, y compris internationale, de ce nouveau numéro.
Mais "je condamne les attaques contre les innocents et le terrorisme sous toutes ses formes. L'islam proscrit l'usage de la violence contre des innocents, qu'ils soient musulmans ou pas", a-t-il ajouté.

Le grand mufti a autorité sur les lieux saints musulmans de Jérusalem, à commencer par l'esplanade des Mosquées et la mosquée Al-Aqsa qui s'y trouve, troisième site le plus sacré au monde pour les musulmans.

Mais en France, les principales organisations musulmanes ont appelé la communauté "à garder son calme" et "respecter la liberté d'opinion".
Tandis que l'enquête se poursuit, notamment pour retrouver d'éventuels complices, plusieurs condamnations pour apologie du terrorisme ont été prononcées ces derniers jours contre des personnes qui avaient salué les attentats de la semaine dernière. L'humoriste controversé français, Dieudonné, a été arrêté mercredi à ce titre.

XS
SM
MD
LG