Liens d'accessibilité

Charlie Hebdo: sécurité renforcée avant la marche prévue dimanche à Paris


"Paris is Charlie" sur l'Arc de Triomphe à Paris (Reuters)

"Paris is Charlie" sur l'Arc de Triomphe à Paris (Reuters)

"Nous sommes, compte tenu du contexte, exposés à des risques", a déclaré le ministre français de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve.

PARIS (Reuters) - La France a annoncé samedi le maintien de son dispositif antiterroriste Vigipirate à son niveau d'alerte le plus élevé après la mort de 17 personnes dans une série d'attentats inédite et à la veille d'une "marche républicaine" à Paris à laquelle participeront plusieurs chefs d'Etat et de gouvernement étrangers.

"Nous sommes, compte tenu du contexte, exposés à des risques", a déclaré le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve à l'issue d'une réunion de crise à l'Elysée à laquelle participaient le chef de l'Etat François Hollande, le Premier ministre Manuel Valls, Jean-Yves Le Drian (Défense) et Christiane Taubira (Justice).

"Il est donc important que le plan Vigipirate qui a été rehaussé pour la région Ile-de-France et qui fait l'objet de mesures particulières sur le reste du pays soit conforté au cours des prochaines semaines".

"C'est la raison pour laquelle nous maintenons la mobilisation de la totalité des dispositifs qui ont été décidés par le Premier ministre au cours des derniers jours et que nous les renforçons pour assurer davantage encore la protection d'un certain nombre d'institutions et de lieux de culte".

Le nombre de militaires mobilisés dans le cadre du plan Vigipirate en Ile-de-France est passé samedi de 850 à 1.100, indique-t-on à l'état-major des armées. L'effectif sera porté dimanche à 1.350 militaires grâce au renfort de 250 soldats supplémentaires.

Après la tuerie au siège de Charlie Hebdo à Paris mercredi qui a fait 12 morts, le Premier ministre Manuel Valls avait décidé de relever le plan Vigipirate au niveau "alerte attentat", son niveau le plus élevé, pour la région Ile-de-France.

Ce niveau, qui est utilisé pour une durée limitée dans le cadre d'une "menace imminente d'un acte terroriste", a entraîné un renforcement de la protection de sièges des médias, les grands magasins, les lieux de culte ou encore les transports (métro, gare, aéroport).

"TOTALE SÉCURITÉ"

La série d'attaques de ces derniers jours a suscité une vague d'émotion en France et à l'international et a donné lieu à des rassemblements spontanés, notamment place de la République à Paris.

Une "marche républicaine" est prévue dimanche à 15h à Paris en présence de plusieurs chefs de gouvernement européens, comme la chancelière allemande Angela Merkel, le Premier ministre britannique David Cameron (voir)et de représentants d'institutions internationales comme l'organisation internationale de la francophonie (OIF) ou la Ligue Arabe.

Le président du Mali Ibrahim Boubacar Keïta, le chef d'Etat du Niger Mahamadou Issoufou et le président gabonais Ali Bongo Ondimba sont également attendus.

"Il faut que les Français sachent que toutes les mesures sont prises pour que cette manifestation puisse se dérouler dans le recueillement, dans le respect et aussi bien entendu dans la sécurité", a dit Bernard Cazeneuve.

"Je veux d'ores et déjà dire que toutes les dispositions ont été prises pour assurer la sécurité de ce rassemblement auquel ceux qui souhaitent s'y rendre pourront s'y rendre en toute sécurité".

Un peu plus tôt, sur Europe 1, le directeur général de la police nationale, Jean-Marc Falcone, avait déclaré qu'il fallait "assurer la complète sécurité, la totale sécurité de ce cortège" qui devrait partir de République pour rejoindre Nation.

"Les dispositions seront prises pour qu'elle puisse se passer dans les meilleures conditions", a-t-il dit.

"C'est une marque de reconnaissance vis-à-vis de la démocratie contre la barbarie, pour la liberté de la presse pour considérer qu'on ne tue pas des journalistes et des policiers impunément et librement dans ce pays".

XS
SM
MD
LG