Liens d'accessibilité

700 charges de corruption contre le président sud-africian Jacob Zuma : la justice se prononce aujourd'hui


Le président sud-africain President Jacob Zuma, au sommet Africa-Union européenne de Tripoli, en novembre 2010.

Le président sud-africain President Jacob Zuma, au sommet Africa-Union européenne de Tripoli, en novembre 2010.

La justice sud-africaine va se prononcer aujourd’hui sur la possibilité ou non de réinstaurer plus de 700 charges de corruption contre le président Jacob Zuma.

Alors qu'il était chef du Congrès national africain au pouvoir, Jacob Zuma avait été inculpé ,en 2007, pour corruption, fraude fiscale et racket pour la signature d'un contrat d'armement de 4,8 milliards de dollars conclu en 1999.

Sur VOA Afrique, André Thomashaussen, professeur auprès de l’Institut de droit international et comparé à l’UNISA a qualifié la décision du juge de la Haute Cour de Pretoria de "politique".

A l'époque, les avocats de Jacob Zuma avaient utilisé des enregistrements d'écoutes téléphoniques entre l'ancien chef du parquet et un policier de haut rang pour convaincre la justice que leur client était victime d'un complot et obtenir l'abandon des charges.

Mais au terme d'une longue bataille judiciaire, le principal parti d'opposition, l'Alliance démocratique (DA), a obtenu ces enregistrements en septembre 2014. Estimant que les charges ont en réalité été abandonnées pour des raisons politiques, il a saisi la justice qui doit se prononcer ce vendredi.

XS
SM
MD
LG