Liens d'accessibilité

Chantage à la "sextape" de Valbuena : Benzema en garde à vue en France


Karim Benzema le 6 septembre 2012. (Axel Heimken/dapd)

Karim Benzema le 6 septembre 2012. (Axel Heimken/dapd)

En octobre, Benzema aurait évoqué la vidéo compromettante en tête-à-tête avec Valbuena, victime de chantage depuis juin. Les enquêteurs veulent savoir s'il s'agissait d'une simple conversation amicale ou d'une manière de le convaincre de payer.

Loyal co-équipier ou complice de maîtres-chanteurs ? L'international de football Karim Benzema a été placé en garde à vue, mercredi 4 novembre, par la police française qui s'interroge sur son rôle dans l'affaire du chantage présumé à la "sextape" contre une autre star de l'équipe de France, Mathieu Valbuena.

Capuche sur la tête, l'attaquant français du Real Madrid s'est rendu discrètement dans la matinée à la convocation de la police judiciaire à Versailles, en banlieue parisienne.

Au cœur de l'enquête : une vidéo intime où apparaît Valbuena, subtilisée par des escrocs qui ont ensuite tenté de faire chanter le joueur.

Selon une source proche de l'enquête, Benzema a évoqué la vidéo en tête-à-tête avec son co-équipier Valbuena le 5 octobre, lors d'un rassemblement de l'équipe de France au centre d'entraînement de Clairefontaine avant les matchs contre l'Arménie et le Danemark.

Les trois maîtres chanteurs présumés, à l'époque déjà écroués, avaient contacté un proche de Benzema dans le but d'utiliser l'attaquant français du Real Madrid dans leur entreprise d'extorsion.

Conseil d'ami ou coup de pression ?

Les enquêteurs ont donc décidé de placer Benzema en garde à vue afin de déterminer si la conversation sur la pelouse avec Valbuena participait "d'un simple conseil amical visant à sortir au plus vite de cette histoire ou d'un coup de pression pour le forcer à payer", selon une source proche de l'enquête.

L'affaire avait débuté en juin, lorsque Valbuena avait déposé plainte après avoir été appelé par un inconnu lui affirmant être en possession d'une vidéo intime supposément compromettante.

Ce maître-chanteur avait proposé au footballeur de trouver un arrangement, sans toutefois jamais évoquer le montant de la somme à payer. Une négociation avait commencé entre un policier, qui se faisait passer pour l'homme de confiance de Valbuena, et l'escroc. Ce dernier menaçait de diffuser la vidéo avant l'Euro 2016 faute de paiement.

Les investigations ont orienté les enquêteurs vers des membres de l'entourage de Valbuena, très au fait de sa vie privée : parmi les trois suspects, l'un est un intime du joueur, dont il a eu en main le téléphone portable contenant la "sextape".

Deux des maîtres-chanteurs présumés sont par ailleurs des proches de l'ancien international Djibril Cissé, dont ils se sont servi pour accréditer l'existence de la vidéo.

La "bonne foi" de Cissé

L'enquête a ainsi déterminé que Cissé avait prévenu Valbuena de "murmures" concernant la circulation d'une vidéo mais, placé en garde à vue le 13 octobre dernier, sa "bonne foi" a été reconnue par les policiers : aucune charge n'a été retenue contre lui.

Après l'été, pour faire avancer leur négociation, les maîtres chanteurs ont enfin décidé de faire appel à un proche de Karim Benzema, un homme déjà connu des services de police et résidant à Lyon.

La tonalité du fameux tête-à-tête entre les deux joueurs des Bleus doit désormais être éclaircie.

Les trois maîtres chanteurs présumés, deux Marseillais et l'un du Val-d'Oise, en région parisienne, ont pour leur part été mis en examen mi-octobre dans le cadre d'une information judiciaire ouverte en juillet pour "chantage et participation à une association de malfaiteurs". Ils ont été placés en détention provisoire.

Ironie du sort, les investigations ont montré que ces deux Marseillais sont les mêmes qui avaient fait chanter Cissé, déjà pour une sextape, en 2008 - faits aujourd'hui prescrits.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG