Liens d'accessibilité

Centrafrique : le report permet d’améliorer l’organistion des présidentielle et législatives, selon le ministre de la sécurité


Des électeurs font la queue dans un bureau de vote à l'école Koudoukou au PK5 à Bangui, lors du referendum constitutionnel, 14 décembre 2015

Des électeurs font la queue dans un bureau de vote à l'école Koudoukou au PK5 à Bangui, lors du referendum constitutionnel, 14 décembre 2015

Tout est pris en compte pour qu’au plus tard lundi, toute la population soit sensibilisée et se tienne prête à aller exprimer librement son suffrage, a déclaré le ministre de la Sécurité Dominique Said Panguindji dans une interview avec l’envoyée spéciale de VOA Afrique à Bangui.

Selon M. Panguindji, le report des élections présidentielle et législatives au dimanche 30 décembre permet de réajuster l’organisation des élections.

"Un glissement de3-4 jours nous permettra d’augmenter l’effectif du personnel électoral à redéployer en province ; d’augmenter l’effectif en matériel et en personnel aux postes ou dans les bureaux de vote à Bangui,, de revoir un peu quelques instructions pour que ça se déroule très bien et nous donne aussi l’occasion, toujours sur le plan sécuritaire, de toucher la plus grande partie de la population, par des communiqués, à la sensibilisation au clame, à l’esprit civique et patriotique, pour que ces élections groupées qui sont en fait des élections de la dernière chance puissent être des élections libres, transparentes, non contestées", soutient-il. "Ce qui revient à dire que la population doit librement et voter, faire un bon choix pour l’avenir de notre pays", ajoute-t-il.

Au lendemain de l’annonce du report du scrutin du 27 au 30 décembre, la population est restée calme. Les patrouilles des forces internationales et centrafricaines ont été renforcées.

La sécurité du scrutin reste donc un des défis majeurs de ces élections présidentielles et législatives.

A ce sujet, le ministre centrafricain de la Sécurité félicite la population du quartier PK5 qui s’est départi des fauteurs des troubles.

La population de ce quartier de Bangui a manifesté après la tuerie qui a eu lieu lors du référendum du 13 décembre dernier.

"Si le calme est revenu, s’il y a cet engouement de la population à aller librement aux urnes, si cette même population s’est engagée à se démarquer de ces bandits, de ces criminels qui sont nommément connus et recherchés… ça nous amène à avoir moins de craintes, moins soucis pour la gestion sécuritaire des scrutins groupés du 30 decembre prochain", affirme-t-il.

"Tout est pris en compte pour qu’au plus tard lundi toute la population soit sensibilisée et se tienne prête à aller exprimer librement son suffrage", indique-t-il.

Selon lui, les Centrafricains devraient aller sereinement et positivement voter dimanche 30 décembre dans la mesure où tout est pris en compte dans le dernier recadrage pour qu'au plus tard lundi toute la population soit sensibilisée et se tienne prête à aller exprimer librement son suffrage.

XS
SM
MD
LG