Liens d'accessibilité

RCA : accord de paix entre dix groupes armés et le gouvernement


Un milicien anti-Balaka à Guen, au nord de Bangui, en avril 2014 (archives)

Un milicien anti-Balaka à Guen, au nord de Bangui, en avril 2014 (archives)

Selon les médiateurs onusiens, toutes les parties ont convenu de renoncer à utiliser des armes pour leurs revendications, et de s’engager dans un processus de «désarmement, démobilisation, réinsertion et réintégration ».

Le gouvernement centrafricain et dix groupes armés ont signé dimanche un accord de paix dans le but de mettre fin à deux années de violence armée ayant fait des milliers de morts.

Le représentant spécial de l'ONU, Babacar Gaye, a déclaré : "Je veux croire que l'engagement est sincère et que nous allons nous engager dans la construction de la paix progressive."

Les médiateurs onusiens ont précisé que toutes les parties ont convenu de désarmer formellement, de renoncer à utiliser des armes pour leurs revendications et de s’engager dans un processus de «désarmement, démobilisation, réinsertion et réintégration ».

L'accord comprend également une clause interdisant l’utilisation des enfants comme soldats ou travailleurs forcés.

Les rebelles musulmans ex-Seleka avaient pris la capitale Bangui en 2013, provoquant des attaques et des représailles souvent brutales entre milices rivales musulmanes et chrétiennes.

La violence armée n’a pas complètement disparu aujourd’hui, mais l’ordre a été plus ou moins rétabli depuis que la présidente de transition Catherine Samba-Panza reçoit le soutien de la force de maintien de la paix des Nations Unies.

XS
SM
MD
LG