Liens d'accessibilité

Cellou Dalein Diallo décline l’invitation du président Alpha Condé


Cellou Dalein Diallo, chef de l'opposition guinéenne

Cellou Dalein Diallo, chef de l'opposition guinéenne

La rencontre entre le président guinéen et son principal opposant n’a donc pas eu ce vendredi. Les violences, qui ont une fois de plus secoué Conakry et d’autres villes du pays, sont à la base de cette annulation.

Le chef de l’opposition guinéenne a déclaré son indignation, jeudi à VAO Afrique, après avoir été séquestré par la police à son domicile ainsi que l'opposant Sydia Touré.

Vue la situation, Cellou Dalein Diallo a affirmé qu’il s’interrogeait sur l’opportunité de rencontrer le président guinéen, rencontre initialement annoncée pour vendredi.

"On ne peut pas inviter le chef de l’opposition et en même temps le faire séquestrer", a-t-il déclaré à VOA Afrique.

Selon ses déclarations, le domicile du chef de l’opposition a été encerclé par les forces de sécurité, l’empêchant de sortir ainsi que sa famille. D’autres opposants ont aussi subi le même sort alors que des heurts entre manifestants et forces de l’ordre étaient signalés à Conakry, la capitale et dans d’autres villes.

Plusieurs quartiers de banlieue, notamment Bonfi, Madina et Cosa, ont été touchés par ces heurts, qui ont perturbé les activités sur des marchés ainsi que la circulation, qui a été interrompue par endroits, selon les mêmes sources.

Des jeunes ont jeté des pierres sur les forces de l'ordre qui ont répliqué par des tirs de gaz lacrymogène et de sommation dans certaines zones.

D'autres manifestants ont brûlé des pneus et dressé des barricades de fortune sur l'autoroute Fidel Castro menant de l'aéroport au centre-ville.

M. Diallo a indiqué qu’il avait pourtant reçu avec joie, deux jours plutôt, l’invitation du président Condé et était prêt à discuter sur les questions brulantes de l’heure en Guinée.

"Ce n’est pas que M. Condé a décidé de me rencontrer qu’il faut dire qu’il a changé. C’est un homme qui aime la violence", a prévenu l’opposant.

M.Diallo se dit ouvert à la prolongation du mandat présidentiel en vue d'organiser les élections locales le 11 octobre 2015 ou avant.

Pour l'heure, la Céni propose d'organiser la présidentielle à cette date et les élections locales, plus tard, en 2016.

Joint par VOA Afrique, l'opposant Sidya Touré affirme qu'une decision sera prise samedi sur la suite du mouvement.

XS
SM
MD
LG