Liens d'accessibilité

Deux candidats importants se rangent derrière Ping pour défier Bongo au Gabon


Le président de la Commission de l'Union africaine, Jean Ping, à Addis Ababa, le 29 janvier 2011.

Le président de la Commission de l'Union africaine, Jean Ping, à Addis Ababa, le 29 janvier 2011.

La campagne présidentielle a pris un tour nouveau mardi au Gabon avec l'annonce du retrait de deux des principaux candidats d'opposition en faveur d'un troisième poids lourd, Jean Ping, pour défier le président sortant Ali Bongo au scrutin à tour unique du 27 août.

Au terme d'une dernière nuit de négociation, M. Ping, 73 ans, ex-président de la commission de l'Union africaine, a obtenu le soutien de l'ex-président de l'Assemblée nationale, Guy Nzouba Ndama, et de l'ex-Premier ministre Casimir Oyé Mba, a indiqué M. Nzouba Ndama à l'AFP.

Avec ce "ralliement solide et certain", M. Ping est désormais "le candidat unique de l'opposition", proclame son entourage.

De fait, si la Commission électorale (Cénap) a validé au total 14 candidatures pour le scrutin à un tour du 27 août, les autres candidats n'ont pas le poids du président sortant ni de ses trois principaux opposants.

Le porte-parole du gouvernement gabonais, Alain-Claude Bilie-By-Nze, a qualifié sur Twitter ce ralliement "de marchandage d'épiciers qui n'a pour objet que la répartition des privilèges et fonctions".

"Cette alliance contre-nature entre des candidats sans projet commun se fait aux dépens des Gabonais et présente un risque réel pour le #Gabon", a-t-il ajouté dans un second tweet.

"Candidat unique de l'opposition"

M. Ping comme MM. Nzouba Ndama et Oyé Mba sont d'anciens cadres du régime d'Omar Bongo - père et prédécesseur d'Ali Bongo - qui fut président pendant 41 ans jusqu'à sa mort en 2009.

M. Ping, né d'un père chinois installé au Gabon dans les années 1920, a été plusieurs fois ministre d'Omar Bongo, avant d'être porté à la tête de l'Union africaine en 2008. Il a également été le compagnon de Pascaline, la soeur aînée d'Ali Bongo.

Depuis le lancement de sa campagne officielle samedi à Lambaréné (centre) en pays myènè, l'ethnie de sa mère, le candidat promet "un Gabon à l'abri du besoin et de la peur".

M. Nzouba Ndama, 70 ans, a pour sa part présidé l'Assemblée nationale pendant 19 ans jusqu'à sa démission en mars, et dispose de ce fait de solides réseaux au sein de toute la classe politique gabonaise.

Enfin, M. Oyé Mba, 74 ans, a été Premier ministre d'Omar Bongo dans les années 1990, puis gouverneur de la Banque des Etats de l'Afrique centrale (BEAC). Il représente l'ethnie fang, la plus importante parmi les quelque 1,8 million d'habitants du Gabon, dont 628.000 électeurs invités à retirer leur carte.

M. Ping devait être officiellement investi "candidat unique de l'opposition" lors d'une réunion publique mardi après-midi à Libreville en présence de ses deux nouveaux alliés.

Retrait "au nom de l'intérêt général"

Ce rassemblement a été annoncé dès lundi par des représentants de la société civile, comme le collectif citoyen Dynamique unitaire, qui demandaient avec insistance le regroupement des forces de l'opposition pour battre Ali Bongo.

"Au nom de l'intérêt général, je me plie à la décision des partis et de la société civile", a déclaré mardi à l'AFP M. Nzouba Ndama, en annonçant qu'il ferait campagne pour Jean Ping.

Avant de s'unir, des opposants ont demandé en vain l'invalidation de la candidature d'Ali Bongo, 57 ans, estimant que l'actuel chef de l'Etat est un enfant du Nigeria adopté par son père, et qu'il ne peut être président en vertu de la Constitution gabonaise.

"Ils ont dit que j'étais étranger, ils ont dit que j'étais biafrais, qu'ils en apportent la preuve!", a rétorqué le président sortant dans un entretien à l'AFP vendredi à la veille du lancement de la campagne officielle.

"Ils redoutent le candidat Ali Bongo parce qu'il a quand même un bilan satisfaisant (...) et ils n'ont aucune chance de gagner", avait-il ajouté, se présentant comme le "candidat du changement" face aux ex-barons de son père.

Sans le nommer, M. Bongo avait eu la dent particulièrement dure contre Jean Ping le lendemain lors de son grand meeting de lancement de campagne: "Parmi ces gens-là qui ont échoué dans le passé, il y en a un qui, comme vous le savez, a été à la tête de quatre ministères sous Omar Bongo, et il a toujours échoué."

Avec AFP

XS
SM
MD
LG